dimanche 15 avril 2018

EN SACRIFICE À MOLOCH

ASA LARSSON

__________________________________________

Traduit du suédois par Caroline Berg
Editions Albin Michel
Grand format 440 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
2012 (Suède)
2017 (France)
__________________________________________

Un thriller glaçant !


De nos jours en Laponie suédoise: Le meurtre sanglant d'une femme à coups de fourche, et les restes d'un homme retrouvés dans la panse d'un ours féroce. Un siècle plus tôt en Laponie suédoise: le meurtre irrésolu d'une jeune institutrice qui vivait une histoire d'amour douloureuse avec l'homme le plus puissant de la ville. Quel est le lien entre tous ces crimes sauvages ? Et bien vous le saurez en lisant le nouveau thriller pur et dur d'Asa Larsson. Un polar d'enquête implacable et impitoyable à l'image de son saisissant décor, le grand nord suédois. Une intrigue pleine de suspense et de rebondissements, doublée d'un récit à la fois romanesque et historique qui nous plonge dans la Suède du début du vingtième siècle. L'auteure nous donne des explications passionnantes sur le développement socio-économique de son pays à l'époque de la première guerre mondiale. Tout en nous captivant avec une histoire d'amour tragique qui se terminera par un meurtre atroce.

En sacrifice à Moloch prouve encore une fois à quel point Asa Larsson est une très bonne écrivaine, capable d'échafauder des intrigues taillées au couteau et de camper des personnages forts. Des personnages tellement vrais qu'on a l'impression qu'ils vont, à tout moment, sortir du livre. On retrouve dans ce nouvel opus tout ce qui fait la force de cette auteure talentueuse, qui écrit vraiment des romans entre chien et loup, éblouissants de sauvagerie. Humour et noirceur, tendresse et violence, humanité et sauvagerie, bref la vie avec toutes ses nuances, toute sa complexité. En effet, dans ce roman l'auteure alterne aisément scènes sympas de la vie quotidienne suédoise (l'inévitable sauna!), et passages atroces tels que le meurtre barbare d'une jeune femme. Il y a vraiment de la densité, du caractère, de la profondeur dans cette histoire à la fois émouvante et terrifiante. Et c'est très bien écrit, dans un style limpide, percutant, et surtout pétri d'humanité. En sacrifice à Moloch réunit tous les ingrédients du polar captivant et charpenté qu'on ne lâche pas. Avec une intrigue diabolique qui entremêle habilement passé et présent, et qui ne dévoile ses secrets que dans les toutes dernières pages du livre. Et quel dénouement de haute volée, j'ai adoré!

Dans le même genre sur ce blog:
Le prédicateur, Camilla Läckberg
Dossier 64, Jussi Adler Olsen
La femme en vert, Arnaldur Indridason



POLARS CULTES DE 151 À 175

______________________________________________________________________________________________________________________________

CARYL FEREY  Mapuche

Auteur français
Première parution France: 2012
Genre principal: Thriller politique
Mots clés: Dictature argentine, civilisation mapuche, sanglant
Ce que j'ai aimé: Le style d'écriture sauvage de l'auteur. Les explications historiques et politiques sur l'Argentine. Le final dantesque.


______________________________________________________________________________________________________________________________

ROBERT CRAIS  Le dernier détective

Auteur américain
Première parution France: 2004
Genre principal: Suspense
Mots clés: Los Angeles années 2000, kidnapping, le privé mène l'enquête
Ce que j'ai aimé: L'intrigue haletante. Le style d'écriture alerte de l'auteur. Le duo de choc Elvis Cole/Joe Pike.

______________________________________________________________________________________________________________________________

BERNARD-MARIE KOLTES  Roberto Zucco

Auteur français
Première parution France: 1988/2001
Genre principal: Roman noir
Mots clés: Pièce de théâtre, tueur en série
Ce que j'ai aimé: La transposition au théâtre d'une histoire de tueur. La subtilité et la symbolique de l'intrigue qui est une réflexion sur le crime, la folie et la misère.

______________________________________________________________________________________________________________________________

WILLIAM HJORSTBERG  Le sabbat dans Central Park

Auteur américain
Première parution france: 1980
Genre principal: Décalé
Mots clés: Vaudou, le privé mène l'enquête
Ce que j'ai aimé: Le mystérieux personnage principal. La chute finale stupéfiante.

______________________________________________________________________________________________________________________________

ARO SAINZ DE LA MAZA  Le Bourreau de Gaudi

Auteur espagnol
Première parution France: 2014
Genre principal: Thriller politique
Mots clés: 2010, Barcelone, serial killer
Ce que j'ai aimé: L'intrigue diablement efficace. Les personnages forts. La description de Barcelone à plusieurs niveaux (historique, social, politique, architectural).

______________________________________________________________________________________________________________________________

ELENA PIACENTINI  Un Corse à Lille

Auteure française
Première parution France: 2008
Genre principal: Whodunit
Mots clés: Commandant Leoni, double enquête, humour
Ce que j'ai aimé: Le côté léger de ce whodunit. Les personnages du livre. Les intrigues bien ficelées.


______________________________________________________________________________________________________________________________

REGGIE NADELSON  Sous la menace

Auteure américaine
Première parution France: 2005
Genre principal: Roman noir
Mots clés: New York après le 11 septembre, enquête
Ce que j'ai aimé: L'intrigue très noire. L'atmosphère envoûtante. La réflexion sur la société américaine.

______________________________________________________________________________________________________________________________

JEAN-PATRICK MANCHETTE  Le petit bleu de la côte Ouest

Auteur français
Première parution France: 1976
Genre principal: Roman noir
Mots clés: Histoire de truands, critique sociale
Ce que j'ai aimé: L'intrigue prenante. Le style d'écriture percutant.


______________________________________________________________________________________________________________________________


Auteur américain
Première parution france: 2015 
Genre principal: Décalé
Mots clés: Premier volet d'une trilogie pré-apocalyptique, enquête policière, complot
Ce que j'ai aimé: Le fait que le policier mène une enquête très classique dans un contexte tout sauf normal. La construction impeccable de l'histoire. Le style d'écriture posé et limpide.


______________________________________________________________________________________________________________________________

SANDRONE DAZIERI  Tu tueras le Père

Auteur italien
Première parution France: 2015
Genre principal: Sanglant
Mots clés: Séquestration, complot, serial killer
Ce que j'ai aimé: La puissance de l'intrigue. Les deux protagonistes principaux. Le suspense et les rebondissements incessants.


______________________________________________________________________________________________________________________________

TREVANIAN  La Sanction

Auteur américain
Première parution France: 1975
Genre principal: Suspense
Mots clés: Alpinisme, espionnage
Ce que j'ai aimé: L'intelligence et l'originalité de l'intrigue. L'humour féroce. Les scènes d'action.


______________________________________________________________________________________________________________________________

DAVID VANN  Sukkwan island

Auteur américain
Première parution France: 2010
Genre principal: Roman noir
Mots clés: Île perdue au large de l'Alaska, drame familial
Ce que j'ai aimé: L'atmosphère de huit-clos en milieu hostile. Le rebondissement en milieu d'histoire qui change le cours du récit.

______________________________________________________________________________________________________________________________

IVAN ZINBERG  Jeu d'ombres

Auteur français
Première parution France: 2014
Genre principal: Sanglant
Mots clés: Côte Ouest américaine, serial killer, enquête
Ce que j'ai aimé: L'écriture limpide de l'auteur. L'intrigue haletante. Le personnage du flic alcoolique.


______________________________________________________________________________________________________________________________

LARRY BROWN  L'usine à lapins

Auteur américain
Première parution France: 2005
Genre principal: Roman noir
Mots clés: Amérique profonde, portraits de vies
Ce que j'ai aimé: Le ton profondément humaniste de Larry Brown. Tous les personnages inoubliables du livre.  


______________________________________________________________________________________________________________________________


PATRICK BAUWEN  Les fantômes d'Eden

Auteur français
Première parution France: 2014
Genre principal: Suspense
Mots clés: Floride, bande d'adolescents, serial killer, rédemption
Ce que j'ai aimé: Le style d'écriture limpide et percutant. Le suspense et les rebondissements incessants. L'atmosphère très Deep South. Les personnages attachants.

______________________________________________________________________________________________________________________________

T. JEFFERSON PARKER  Les chiens du désert

Auteur américain
Première parution France: 2012
Genre principal: Roman noir
Mots clés: Frontière Californie-Mexique, enquête sur un meurtre
Ce que j'ai aimé: La qualité de l'écriture. L'intrigue prenante. Le personnage de Charles Hood, un flic intègre, droit, et tenace.


______________________________________________________________________________________________________________________________

MO HAYDER  Proies

Auteure anglaise
Première parution France: 2010
Genre principal: Suspense
Mots clés: De nos jours en Angleterre, enlèvements, enquête
Ce que j'ai aimé: Le style d'écriture mature. La chasse à l'homme haletante de bout en bout. Le dénouement final.

______________________________________________________________________________________________________________________________

ROGER SIMON  Génération Armageddon

Auteur américain
Première parution France: 1994
Genre principal: Thriller politique
Mots clés: Jérusalem années 80, le privé mène l'enquête
Ce que j'ai aimé: Le personnage de Moses Wine. L'intrigue complexe et subtile. Une plongée fascinante dans le Jérusalem des années 80.

______________________________________________________________________________________________________________________________

LAWRENCE BLOCK  Huit millions de façons de mourir
Auteur américain
Première parution France: 1985
Genre principal: Roman noir
Mots clés: New York début des années 80, le privé mène l'enquête, alcoolisme
Ce que j'ai aimé: Le style d'écriture économe. L'atmosphère très noire. L'intrigue dépouillée. Le personnage mythique de Matt Scudder.

______________________________________________________________________________________________________________________________

THIERRY JONQUET  La Bête et la Belle

Auteur français
Première parution France: 1985
Genre principal: Décalé
Mots clés: Satire sociale, humour noir
Ce que j'ai aimé: L'originalité de ce court récit. Le côté conte moderne version destroy et décalée. Les dialogues savoureux.

______________________________________________________________________________________________________________________________

JAMES GRADY  Comme une flamme blanche

Auteur américain
Première parution France: 1998
Genre principal: Thriller politique
Mots clés: Serial killer, complot politique
Ce que j'ai aimé: L'intrigue captivante et complexe. Le message de tolérance diffusé par l'auteur. 

______________________________________________________________________________________________________________________________

ZORAN DRVENKAR  Sorry

Auteur allemand d'origine croate
Première parution france: 2011
Genre principal: Suspense
Mots clés: Berlin, excuse, meurtres rituels
Ce que j'ai aimé: L'intrigue haletante. Les personnages. L'atmosphère noire. Le côté implacable, impitoyable du récit.

______________________________________________________________________________________________________________________________

KINKY FRIEDMAN  Meurtres au Lone Star Café

Auteur américain
Première parution france: 1993
Genre principal: Whodunit
Mots clés: New York années 80, le Kinkster mène l'enquête, humour irrévérencieuxCe que j'ai aimé: L'atmosphère très marquée qui règne dans les livres de Kinky Friedman. L'humour particulier de l'auteur. Les personnages complètement barrés. L'enquête.

______________________________________________________________________________________________________________________________

MECHTILD BORRMANN  Le Violoniste

Auteure allemande
Première parution France: 2014
Genre principal: Historique
Mots clés: Régime stalinien, tragédie familiale, enquête
Ce que j'ai aimé: Un portrait réaliste et sans concession du régime totalitaire stalinien. L'intrigue crédible et palpitante. Les personnages.


______________________________________________________________________________________________________________________________

GLENN COOPER  Le Livre des morts

Auteur américain
Première parution France: 2010
Genre principal: Historique
Mots clés: Série de décès inexplicables, secret d'état, ésotérique
Ce que j'ai aimé: La construction impeccable du récit. Le style spectaculaire et limpide de l'auteur. L'intrigue stupéfiante. 


______________________________________________________________________________________________________________________________

LE LIVRE DES MORTS

GLENN COOPER

_______________________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Carine Chichereau
Editions Pocket
Poche 506 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
2009 (Etats-Unis)
2010 (France)
_______________________________________________

Un grand classique du thriller ésotérique à l'américaine !

Sorti en 2009 aux Etats-Unis, le premier roman de Glenn Cooper, mélange explosif de suspense sanglant, polar politique, et thriller historico-ésotérique, a connu un très grand succès critique et commercial. Il faut dire que ce monstrueux best-seller a vraiment tout pour plaire, c'est une histoire stupéfiante mettant en scène des personnages hors normes. Un roman haletant d'une intelligence, d'un foisonnement, et surtout d'une maîtrise exceptionnels. Un thriller littéralement hallucinant, riche en suspense et en rebondissements, on en a pour son argent. Un thriller mené tambour battant, sorte de bombe textuelle hypervitaminée, bref un livre à grand spectacle !

Pour un premier roman, Glenn Cooper frappe fort, et renouvelle, avec Le Livre des morts, le genre du polar ésotérique, véritable mécanique de précision parfaitement huilée qui balaie tout sur son passage. Sur la forme, le style d'écriture est simple, alerte, percutant, spectaculaire, au service  d'un récit fluide, remarquablement construit, et mené avec une dextérité hors du commun. Sur le fond, l'auteur laisse totalement libre cours à son imagination débordante, pour nous concocter une intrigue diabolique, qui traverse des époques et des lieux différents. Une histoire tordue où il est notamment question de meurtres en série à New York, d'un monastère établi sur l'île de Wight, et d'une base secrète dans le désert du Nevada. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse le soin de découvrir cet incontournable du thriller ésotérique à l'américaine. Cultissime, tout simplement !

Du même auteur sur ce blog:
La Prophétie des papes

Dans le même genre sur ce blog:
L'Evangile selon Satan, Patrick Graham



dimanche 1 avril 2018

LE VIOLONISTE

MECHTILD BORRMANN

___________________________________________

Traduit de l'allemand par Sylvie Roussel
Le Livre de Poche
312 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
2012 (Allemagne)
2014 (France)
___________________________________________

Un roman noir historique poignant !


"Ils jetèrent des pelletées de terre sur les cadavres, et, à chaque nouvelle pelletée, c'était sa vision de l'homme qu'il enterrait. Quelque chose de nouveau, de monstrueux et de terrifiant prenait sa place. Ce quelque chose était en train de changer irrémédiablement sa représentation de lui-même, sa foi dans la civilisation et dans la dignité humaine." Nous sommes en 1948, en Russie, en plein régime stalinien. Ilia Grenko, un jeune et célèbre violoniste, est arrêté par le KGB, injustement accusé d'être un traître à la patrie, puis condamné à vingt ans de goulag. La mort lente assurée pour cet homme, qui ne reverra plus jamais sa femme Galina et ses deux fils. Qui sont également expulsés manu militari de chez eux, puis déportés à Karaganda, une ville cauchemardesque perdue dans la steppe kazach.

Allemagne, fin des années 2000, Sacha, le petit-fils d'Ilia, mène une existence tourmentée. Il faut dire que le mauvais sort continue de s'acharner sur sa famille: ses parents sont morts dans un accident de voiture alors qu'il n'était encore qu'un enfant. Séparé de sa sœur Viktoria, Sacha ira de foyers en maisons de redressement, avant de trouver enfin sa voie dans le renseignement. Un jour, il reçoit un appel à l'aide de sa sœur qu'il a tant cherchée: "Sacha, j'ai des ennuis. Une histoire liée à notre passé... J'ai besoin de ton aide." Mais Sacha n'aura pas le temps de parler à sa sœur qui est assassinée sous ses yeux. La quête de la vérité sur l'histoire de sa famille commence. Une terrible boîte de Pandore. Ilia, Galina, Sacha, trois destins, trois récits qui se chevauchent tout au long de ce roman noir historique poignant, bouleversant.

Se jouant d'un contexte historique marqué, du régime totalitaire stalinien de l'après-guerre à la Russie d'aujourd'hui, Le Violoniste est un intense polar historico-politique qui suit trois générations marquées au fer rouge par une terrible injustice. Une famille entière dévastée par la folie des hommes. L'auteure raconte notamment le quotidien des prisonniers politiques dans les camps de travail staliniens. Dressant ainsi un portrait terrifiant de ce régime totalitaire, véritable machine à broyer les hommes. Certaines scènes sont à la limite du supportable, l'auteure ne nous épargne rien, et dépeint une réalité impitoyable et inhumaine. En outre, l'enquête criminelle, qui entremêle habilement le passé et le présent, est palpitante du début à la fin. Et c'est très bien écrit, dans un style assuré, fluide et limpide. Tout sonne juste dans ce roman assez court qu'on lit d'une traite. Pas de temps mort, pas de gras, l'auteure montre une maîtrise impressionnante dans la conduite de son récit. On a envie de savoir pourquoi Ilia a dû signer de faux aveux, pourquoi son inestimable violon a mystérieusement disparu, et pourquoi tous ses descendants meurent prématurément dans des "soi-disant" accidents. Et on s'attache viscéralement à la femme d'Ilia, Galina, qui perd tout du jour au lendemain, croyant avoir été trahie par son mari. Une mère-courage qui découvrira trop tard la vérité sur son destin tragique. Au final, Le Violoniste est un passionnant polar d'enquête doublé d'une chronique familiale bouleversante, témoignage crédible, réaliste d'un passé funeste. Un roman pour ne pas oublier.

Du même auteur sur ce blog:
Rompre le silence

Dans le même genre sur ce blog:
Un long moment de silence, Paul Colize
La Tristesse du Samouraï, Victor del Arbol
Le mythe d'Isaac Becker, Reed Farrel Coleman
Jusqu'à ce que mort s'ensuive, Roger Martin

mercredi 28 mars 2018

SORRY

ZORAN DRVENKAR

______________________________________________

Traduit de l'allemand par Corinna Gepner
Le Livre de Poche
500 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
2009 (Allemagne)
2011 (France)
______________________________________________

Un classique de la littérature à suspense allemande !


Imaginons que vous soyez un chef d'entreprise qui vient de licencier un collaborateur pour un motif inavouable, et surtout totalement injuste. Vous êtes pris de remords, vous culpabilisez, et vous êtes même prêt à vous excuser. Seulement vous ne le ferez pas, par peur, par fierté, ou pour des raisons qui vous sont propres. Vous ne vous excuserez pas directement, non, vous engagerez plutôt quelqu'un qui ira s'excuser à votre place, vous permettant ainsi de libérer votre conscience. C'est la mission de Sorry, une agence berlinoise créée et gérée par une bande de copains qui se connaissent depuis le lycée: Kris, le fondateur, son petit frère Wolf, et Frauke et Tamara, leurs deux meilleures amies. Et le moins que l'on puisse dire c'est que Sorry ne manque pas de travail. L'agence peut même s'offrir le luxe de ne travailler que pour des professionnels. Car il y a trop de demandes à traiter.  Et oui, nous avons tous un jour ou l'autre envie de nous excuser. Un concept duplicable à l'infini... Même un tueur en série peut avoir envie de s'excuser auprès de sa victime, même si c'est une conception de l'excuse assez tordue, je vous l'accorde. En créant Sorry, Kris, Wolf, Frauke, Tamara vont ouvrir la boîte de Pandore. Tous embarqués dans un engrenage diabolique et sans retour !

Sorry est un page turner haletant, atroce, implacable, un suspense psychologique de tout premier ordre, une mécanique de précision parfaitement huilée qui écrase tout sur son passage. Une fois que vous avez commencé ce livre, vous ne pouvez plus vous arrêter avant le dénouement final. Sur la forme, tout est efficacement et subtilement contrôlé de la part de cet auteur confirmé qu'est Zoran Drvenkar. Qui tisse une toile machiavélique dans laquelle ses pauvres personnages s'empêtrent. Le style d'écriture est limpide, simple, percutant, au service d'un récit remarquablement construit, qui entremêle habilement le présent et le passé. Une intrigue qui dévoile petit à petit ses secrets, et une réalité impitoyable. L'auteur ne fait pas dans la dentelle, il y a des morts violentes, et des scènes chocs, mais sans tomber dans le sanguignolent. Sorry est plus un roman à suspense qu'un thriller sanglant. Une histoire tordue, sombre, noire, et un récit à plusieurs voix qui permet à l'auteur de brouiller les pistes, de maintenir le suspense, et de ne pas lésiner sur les rebondissements. Bref, Sorry est un classique incontournable de la littérature policière allemande, du cousu main pour amateurs de romans à suspense qu'on ne lâche pas. Classique mais d'une redoutable efficacité, le fast and furious book par excellence !

Dans le même genre sur ce blog:
Au fond de l'eau, Paula Hawkins
Thérapie, Sebastian Fitzek
Au fil du rasoir, Karin Slaughter
Puzzle, Franck Thilliez

dimanche 18 mars 2018

CHACUN SA VERITÉ

SARA LÖVESTAM

______________________________________________

Traduit du suédois par Esther Sermage
Editions Pocket
304 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
2015 (Suède)
2016 (France)
______________________________________________

Une certaine vision de la réalité.


"- Tout se passe dans notre tête. Même nous qui sommes... qui ne donnons pas naissance à des enfants irréels, nous nous faisons une idée de la réalité à partir des impressions que nous procurent nos sens. Ce que nous ne percevons pas n'existe pas pour nous. 
Pernilla s'accroche à cette conclusion. 
- Et inversement.
- Et inversement. Mais ensuite, nous comparons notre réalité à celle des autres pour construire une image crédible du monde."

Chacun sa vérité, chacun sa réalité, chacun sa propre perception de la réalité. Il n'y a pas une vérité, ni une réalité, mais plusieurs vérités, plusieurs réalités. Il y a les faits incontestables et l'interprétation qu'on en fait. Chacun se construit sa propre réalité par rapport à son environnement, son vécu, ses expériences, et la structure de son cerveau. Le monde n'est pas manichéen, tout n'est pas blanc d'un côté, et noir de l'autre, c'est bien plus complexe que ça. L'histoire racontée par Sara Lövestam illustre parfaitement cette conception de la vie humaine. Chacun sa vérité est avant tout l'histoire d'une rencontre entre deux êtres en manque de repères, qui se cherchent: Kouplan, un jeune iranien, dont la demande d'asile a été rejetée par la Suède, et qui vit donc depuis trois ans dans la clandestinité. Et Pernilla, une quarantenaire suédoise, dont Julia, la fille de six ans, vient de disparaître. La rencontre avec sa femme vaudra à Kouplan sa première mission en tant que détective privé sans-papiers: retrouver la fillette, découvrir la vérité sur sa disparition. Des bas-fonds de Stockholm aux salons feutrés de la bourgeoisie suédoise, Kouplan promène sa peur d'être arrêté par la police et sa douleur de citoyen fantôme déraciné, tout en s'efforçant de dénouer les fils de cette bien étrange affaire. Dur dur d'exercer le métier de détective quand on est à la fois le chasseur et la proie. 

Sara Lövestam, jeune auteure suédoise surdouée, s'inscrit dans le souci d'une narration réaliste et dévoile les coulisses d'une capitale suédoise mortifère. Reflet d'une société de plus en plus inégalitaire et individualiste et de moins en moins tolérante. Au premier abord, l'intrigue semble très classique: une enquête menée par un détective privé qui utilise des méthodes éprouvées, telles que la filature, les interrogatoires et l'observation clinique des lieux et des individus. Mais Chacun sa vérité n'est pas seulement un whodunit, mais également un roman noir psychologique écrit dans un style très novateur, à la fois simple et sophistiqué. Un style envoûtant et pétri d'humanité, des dialogues crédibles, au service d'un récit pur et dur, dépouillé, qui ne tombe jamais dans la façilité. Un récit très subtil et émouvant par certains côtés. Kouplan découvre très vite que la fille de Pernilla n'existe pas officiellement. Comme quoi il n'y a pas de hasard: qui est mieux placé qu'un citoyen clandestin pour retrouver une autre citoyenne clandestine ? Même si la cause de cette clandestinité est bien différente. Et derrière cela, c'est bien de quête identitaire dont il s'agit pour ces deux êtres sensibles, qui étaient destinés à se rencontrer. Chacun sa vérité est le premier volet réussi d'une singulière tétralogie. 

Dans le même genre sur ce blog:
Sous la menace, Reggie Nadelson
Labyrinthe de miroirs, William Bayer



mardi 13 mars 2018

LES FANTÔMES D'EDEN

PATRICK BAUWEN

______________________________________________

Auteur français
Le Livre de Poche
744 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication France:
2014
______________________________________________

Un chef d'oeuvre inoubliable.

"Ma bande, mes amis, mes frères, chacun répondit à l'appel le jour venu. Le mercredi 4 juillet dans l'après-midi, nous filâmes tous les cinq en douce tandis que les festivités se déroulaient en ville. Aucun adulte n'était au courant. Pourquoi avoir agi de la sorte ? Appelez ça l'appel du large, l'envie de liberté, l'inconscience de la jeunesse, appelez-ça comme vous voudrez, mais cette force irrésistible était plus puissante que n'importe quel obstacle. Nous étions ignorants du danger (nous ne voulions pas entendre parler de danger), car pour la première fois, nous nous sentions capables d'accomplir ensemble quelque chose d'important. Une action qui compte. Un exploit digne des héros qui caracolaient dans nos livres. Nous étions simplement jeunes. et nous croyions en nos en nos rêves."

Ha tous ces films des années 80 qui mettaient en scène une bande d'adolescents ordinaires, assoiffés d'aventure et de mystère: Explorers, Chérie j'ai rétréci les gosses, ET, et bien sûr Les Goonies. Des histoires cultes qui ont marqué et façonné mon enfance. Les fantômes d'Eden, le chef d'oeuvre de Patrick Bauwen, m'a permis, le temps de sa lecture, de replonger dans toute une époque pleine d'insouciance et souvenirs inoubliables. Les Goonies de Patrick Bauwen habitent Eden, petite ville du sud de la Floride, coincée entre l'océan et le bayou. Le mercredi 4 juillet 1979, Cameron, Stan, Jerry, Sarah et Paul, le chef de la bande, et principal narrateur de cette histoire stupéfiante, décident de partir à l'aventure. Avec un objectif en tête: trouver le Minotaure, cette créature qui sème la terreur dans leur petite ville. Légende urbaine ou terrifiante réalité ? Car d'ici à la fin de cette journée, l'un de ces adolescents commettra un meurtre. Et trente ans plus tard, Paul sera sauvagement assassiné. 

Enfin, pas tout à fait... Mais je ne vous en dis pas plus, je vous laisse le soin d'entrer dans l'aventure au plus vite, et de dévorer ce livre à grand spectacle, ce thriller à l'atmosphère sombre et étrange, qui flirte parfois avec le fantastique. Une histoire d'amour et de haine, d'amitiés et de trahisons, de rédemption et de vengeance, et de meurtres et de tueurs, car on est dans le domaine du polar avant tout. Bref une histoire extraordinaire, orchestrée avec brio par Patrick Bauwen, qui tisse une toile machiavélique, et qui fait une nouvelle fois preuve d'une formidable énergie créatrice. Cet auteur ne manque pas d'imagination, c'est le moins que l'on puisse dire! Orfèvre du thriller à l'américaine, Patrick Bauwen confirme, avec Les fantômes d'Eden, tout son talent pour échafauder des scénarios diablement efficaces et camper des personnages forts. Ce thriller puissant, mélange spectaculaire de suspense horrifique et de thriller psychologique, regorge de suspense et de rebondissements incessants. C'est une mécanique de précision parfaitement huilée qui balaie tout sur son passage. Conteur hors pair, Patrick Bauwen raconte une histoire stupéfiante mettant en scène des personnages hors normes. J'ai été embarqué dès les premières phrases dans cette intrigue haletante qui entremêle habilement passé et présent, et qui ne dévoile ses secrets que dans les toutes dernières pages du livre. 

Sur la forme, le style d'écriture est simple, alerte, limpide, percutant, au service d'un récit fluide remarquablement construit, et chargé en émotions fortes. Et quel suspense! Il n'y a pas un chapitre qui ne se termine pas par un rebondissement, une révélation. De ce fait, vous ne pouvez pas vous arrêter de lire l'histoire éprouvante de Paul Becker avant le dénouement final, spectaculaire et bouleversant. Avec en prime l'atmosphère très "Deep South" qui alimente l'angoisse et le frisson. Bref, Les fantômes d'Eden est le thriller le plus abouti de Patrick Bauwen, du cousu main pour amateurs de page turners à l'américaine. Un roman qui a du caractère, de la densité, et de l'émotion à revendre. Spectacle garanti!

Dans le même genre sur ce blog: