mardi 4 août 2015

WILDCAT PLAY

HELEN KNODE

______________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par 
Marion Roman
Editions Rivages
Grand format 400 pages
Première publication:
2012 (Etats-Unis)
2014 (France)
______________________________________

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le pétrole


Douze ans après Terminus Hollywood, polar qui dévoilait les coulisses peu reluisantes du monde du cinéma, Helen Knode revient avec Wildcat Play et s'attaque cette fois-ci au milieu trouble du pétrole et plus globalement du forage sous toutes ses formes. L'auteure retranscrit parfaitement l'atmosphère et les enjeux qui règnent dans ce secteur à part, méconnu, et qui ne fait pas franchement rêver. 

Et pour cause, le milieu du forage est ingrat, impitoyable, et macho. Ingrat, car, pour faire simple, on va creuser un trou dans le sol sans être toujours certain  d'y découvrir du pétrole ou du gaz de schiste. La nature est parfois imprévisible et peut réserver de mauvaises surprises, surtout en Californie. Ensuite impitoyable, car la découverte potentielle de gaz de schiste attise les convoitises et favorise les jeux de pouvoir les plus malsains. Enfin, macho, car très peu de femmes travaillent sur les tours de forage. Jusqu'à ce que débarque la pétillante Ann Whitehead, l'enquêtrice chevronnée de Helen Knode.

Écœurée par Hollywood, Ann Whitehead quitte son boulot de critique de cinéma, et se fait embaucher sur une tour de forage paumée en plein désert californien. Un travail de nuit pénible et harassant mais qui lui convient très bien. Jusqu'au jour où l'un de ses collègues, un camé du coin, est retrouvé mort sur la plate-forme. La police conclut à un accident, mais l'intrépide Ann n'y croit pas une seule seconde. Comme à son habitude, elle va mettre le nez là où il ne faudrait pas, et déterrer quelques secrets bien embarrassants pour certaines personnes! 


Wildcat Play repose sur une intrigue touffue, complexe et sur l'écriture pleine d'humour et de vitalité de Helen Knode. Un whodunit d'atmosphère fort bien documenté, qui nous permet de découvrir un univers à part.


Dans le même genre sur le blog:
La femme dans le frigo, Gunnar Staalesen