mardi 22 juillet 2014

LA FORME DE L'EAU

ANDREA CAMILLERI

________________________________________


Traduit de l'italien par Serge 
Quadruppani et Maruzza Loria
Editions Pocket
256 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:

1994 (Italie)
1998 (France)
_______________________________________


La première enquête du plus célèbre commissaire d’Italie

Le commissaire Montalbano, cela vous dit quelque chose ? Si vous êtes amateur de polar, forcément ; On ne présente plus ce personnage de fiction récurrent de l'œuvre d'Andrea Camilleri, un commissaire de police de la bourgade (fictive) de Vigata (en fait Porto Empedocle), en Sicile. Il s'exprime dans un mélange d'italien et de sicilien. 

Ses colères, sa boulimie (pour les plats typiques, en particulier les arancini), son amour contrarié avec la Génoise Livia, ses enquêtes sur la mafia et sur les faits sociaux siciliens (drogue, réfugiés, faits divers) ont conquis le public italien, puis le monde entier.

La forme de l’eau est l'une de  ses premières enquêtes, et pour moi l’un des meilleurs opus de la série : Au Bercail, lieu agreste fréquenté par les prostituées, les travestis et les dealers, on retrouve le corps de l'ingénieur Luparello, parrain politique de la région. Le commissaire Montalbano mène l'enquête, et dénoue les fils d’une improbable affaire à l’improbable dénouement.

Un excellent whodunit à déguster sans modération, sur les vicissitudes de la nature humaine.

Dans le même genre:
Le silence de la pluie,  Luiz Alfredo Garcia Roza
Meurtres sur papier, Alicia Gimenez Bartlett