jeudi 7 août 2014

La Bête et la Belle, de Thierry Jonquet


D'habitude les contes commencent comme ça:
Il était une fois, dans une forêt lointaine un merveilleux palais où habitait une bête, amoureuse d'une belle; Et dans ce palais...

H-A-L-T-E

Cela ne s'est pas passé exactement comme dans le conte; Il y a bien une bête, un palais, et une belle, mais la bête est un clochard nommé Léon, ancien paysan chassé de ses terres par des promoteurs sans scrupules. 


La belle est une garce opportuniste et vénale, et le palais est un appartement de banlieue miteux rempli de sacs poubelles; Des sacs poubelles censés cacher un congélateur qui contiendrait le cadavre de... la belle ! Que voulez-vous, tout fout le camp, même les contes de fées !

Bref, vous l'aurez compris, le regretté Thierry Jonquet a légèrement perverti l'histoire d'origine, pour notre plus grand bonheur. Cela donne un court récit cocasse, décalé, plein d'humour noir. L'histoire est prenante, et d'une très grande originalité. Thierry Jonquet est décédé trop tôt, et laisse une oeuvre considérable, éclectique, il a écrit aussi bien des Whodunits (Les orpailleurs), que des romans noirs (Mygale, Moloch), ou encore des récits décalés, comme La Bête et la Belle. C’était un conteur hors pair, un dialoguiste de talent, bref un grand auteur de romans noirs. 

Thierry Jonquet, La Bête et la Belle, Folio, 157 pages, sorti en 1985.

Je vous conseille aussi:
La Daronne, Hannelore Cayre