mercredi 25 février 2015

LE LÉZARD LUBRIQUE DE MELANCHOLY COVE

CHRISTOPHER MOORE

________________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Luc Baranger
Editions Folio
Poche 432 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
Etats-Unis (1999)
France (2002)
________________________________________

Un feu d'artifice d'action et surtout d'humour bien déjanté


Quand on cite Christopher Moore, on pense surtout à ses deux bestsellers Un blues de coyote et L'agneau; Mon préféré reste à ce jour son deuxième roman Le lézard lubrique de Melancholy Cove, petit bijou d'humour déjanté, loufoque à souhait. 

Inutile de s'attarder sur l'intrigue, il y en a une bien sûr, mais qui part vite dans tous les sens: l'action se déroule dans une petite station balnéaire californienne, où d'ordinaire il ne se passe jamais rien; Jusqu'à l'arrivée d'un monstre marin, qui va semer la zizanie, et permettre au génialissime Christopher Moore de laisser libre cours à son imagination débordante; Comme dans Un blues de coyote, l'auteur fait preuve d'une inventivité hors du commun! On ne s'ennuie jamais à le lecture de ce polar comique, loufoque, déjanté au possible: à la première page, on sourit, à la deuxième, on se met à rigoler franchement, à la troisième, sauve-qui-peut! 

Faites connaissance avec des personnages tous plus dingues les uns que les autres: un policier fumeur de marijuana, une ancienne actrice de films de science-fiction, une psychiatre en pleine crise de conscience, un pharmacien zoophile, un chanteur de blues qui a peur de perdre le ... blues, un chien qui parle, un monstre qui pense... je m'arrête là, la liste est longue et le rire sans fin; Bref un formidable moment de lecture, une tranche de rigolade salutaire. Et en plus, c'est très bien écrit. Une vraie bombe textuelle pleine de phrases cultes; En voici quelques extraits histoire de vous mettre dans l'ambiance:
"Par contre, il ne s'était jamais préparé à voir une conduite intérieure teutonne avec un labrador retriever au volant." "ça fait maintenant dix ans qu'il est un peu ouf. Faut dire qu'il ne débourre quasiment jamais." "Oh merde! Les cervelles de rats! hurla Gabe. Cette exclamation tombait mal en pleine partie de jambes en l'air."


Dans le même genre:
La bouffe est chouette à Fatchakulla, Ned Crabb