mardi 1 mars 2016

SUKKWAN ISLAND

DAVID VANN

__________________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par 
Laura Derajinski
Editions Gallmeister
Poche 208 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
2008 (Etats-Unis)
2010 (France)
__________________________________________

Noir majuscule



Quand j'ai cherché Sukkwan island dans la section Roman Policier de ma bibliothèque, je ne l'ai pas trouvé. En fait, la bibliothécaire m'a expliqué que ce livre est plutôt considéré comme de la littérature étrangère, mais pas du tout comme un polar. Alors oui c'est vrai, il n'y a pas d'intrigue policière, pas de crime à résoudre, mais pour la noirceur et le suspense on est servis. Ce récit vous prend à la gorge dès la première page, pour ne plus vous lâcher jusqu'à la fin, qui est noire comme le cauchemar. 

Sukkwan island est un roman très très noir, c'est un huit-clos étouffant qui se transforme en tragédie familiale, une histoire terrifiante, éprouvante pour nos nerfs, aucun doute là-dessus. En résumé, un homme d'âge mur, dévasté par les échecs à répétition, décide de repartir de zéro, en s'installant avec son jeune fils sur une île perdue au large de l'Alaska. Loin de toute civilisation, seul au monde avec un fils qui n'avait pas vraiment envie de tenter l'aventure. Un retour aux sources qui va virer au drame! Au milieu du roman, survient un évènement auquel on ne s'attend pas du tout, un retournement de situation terrible. 

David Vann s'affirme d'emblée comme un auteur littéraire de tout premier ordre. Sukkwan island est très bien écrit, de manière singulière, dans le bon sens du terme. Le récit est toujours crédible, parfaitement équilibré. Tout y est subtilement et efficacement contrôlé. C'est bien simple, j'ai lu ce livre d'une traite, sans m'arrêter. C'est un livre d'une qualité littéraire exceptionnelle.

Sukkwan island est donc un chef d'oeuvre à découvrir d'urgence, si ce n'est pas déjà fait. Par contre ne le lisez pas si vous avez un coup de déprime, car le récit est très éprouvant, très dur. Et une fois que vous aurez terminé, je vous conseille d'enchaîner direct avec un polar comique, un Nadine Monfils, ou un Carl Hiaasen, votre équilibre mental vous dira merci!

Dans le même genre sur ce blog:

Vertige, Franck Thilliez