vendredi 21 décembre 2018

EFFETS INDÉSIRABLES

LARRY FONDATION

____________________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Romain Guillou
Editions 10/18
Poche 212 pages
Première publication:
2009 (Etats-Unis)
2016 (France)
____________________________________________

Soixante-cinq effets indésirables.


Non, vous ne rêvez pas, ce sont bien soixante-cinq nouvelles qui vous attendent. Et certaines des histoires que raconte Larry Fondation remplissent à peine une page. Et la plus longue ne dépasse pas les cinq pages. Des récits tour à tour drôles, insolites, décalés, déjantés, dramatiques, érotiques, noirs, violents, désenchantés, désespérés. Tout un panel d'émotions et de situations diverses, des histoires mettant en scène des personnages parfois ordinaires, monsieur et madame tout-le-monde. Mais l'auteur fait surtout la part belle aux marginaux, ou plus précisément à tous ces gens abandonnés par le rêve américain: SDF, prostituées, dealers, drogués. Mais aussi des gens qui ont été licenciés, frappés de plein fouet par la crise économique, et qui survivent tant bien que mal dans un pays inégalitaire. On est loin du Los Angeles strass et bling bling !

Un homme qui poignarde un inconnu dans une boîte de nuit dans le seul but de se faire remarquer par une fille qui lui plaît; Une streap teaseuse qui s'entiche d'un de ses clients, celui-ci poussant la jeune femme à s'acheter une voiture pour mieux la lui voler ensuite; Une épouse qui perd un doigt, arraché sauvagement par son agresseur dans le but de lui voler une bague que son mari volage vient de lui offrir. Oui Larry Fondation est au roman noir décalé urbain ce que Richard Matheson était à la science-fiction et à l'épouvante. Des nouvelles souvent absurdes,  j'ai même eu parfois l'impression d'entrer dans la quatrième dimension. Certaines histoires sont très échevelées, voire incompréhensibles. Mais la plupart décrivent une réalité souvent ignorée, cachée: de nombreux américains vivent en dessous du seuil de pauvreté. Et finalement, personne n'est à l'abri de subir des effets très indésirables...

Sur la forme, le style d'écriture est direct, tranchant, vif, et très évocateur, capable de retranscrire des émotions et des atmosphères très variées. Un tour de force qu'il faut saluer. Larry Fondation est une sorte de poète des temps modernes,  un agitateur des mots se faisant l'écho d'un monde dont on entend peu parler. Atypique, Effets indésirables ne vous laissera pas indifférents ça c'est certain. 

Dans le même genre sur ce blog:

Aucun commentaire: