mercredi 16 juillet 2014

BISCOTTI À SARASOTA

STUART KAMINSKY

__________________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par 
Jean-Noël Chatain
Editions Rivages
352 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:

1999 (Etats-Unis) 
2005 (France)
__________________________________________

Un excellent polar d'atmosphère


Quadragénaire veuf et dépressif, Lew Fonesca arrondit ses fins de mois en jouant les enquêteurs. Il vit à Sarasota en Floride, "au royaume des promoteurs immobiliers et des retraités fortunés", et doit mener une double mission périlleuse: retrouver la jeune femme d'un vieux promoteur du coin et une jeune adolescente fugueuse. Mais les deux enquêtes vont s'avérer plus compliquées que prévu, et les cadavres s'accumuler, sans logique apparente.

De facture classique, ce polar vaut surtout pour son atmosphère très "Mike Hammer", sa description crue et sans concession de la Floride, et pour l'écriture lumineuse de son auteur. 
Une intrigue bien ficelée, rondement menée, un style simple, et des personnages fouillés qui complètent l'ensemble. Le regretté Stuart Kaminsky a donc créé un personnage qui fait penser aux purs privés de notre enfance, ces hommes solitaires, hargneux, obstinés, qui ne reculaient devant rien pour découvrir la vérité: Mike Hammer, Magnum, ou encore les deux copains dans Riptide. 


Biscotti à Sarasota est donc ce que l'on appelle un polar d'atmosphère, un Whodunit dans la plus pure tradition "chandlerienne". C'est sympa, ça se lit tranquillement sans se presser, ça passe comme une promenade tranquille au bord des plages de Sarasota. Une très belle réussite! et une série policière qui se poursuivra avec deux opus également très sympas à lire.


Dans le même genre sur ce blog:
L'été des jouets morts, Toni Hill
Le sang de la coupe, Leighton Gage