mercredi 16 juillet 2014

Dans la vallée de l'ombre de la mort, de Kirk Mitchell


Pour ajouter de l'horreur à l'horreur, un tueur en série s'attaque à des femmes qui font partie de la communauté des Dunkers, en plein carnage de la guerre de sécession. Le personnage principal du roman est médecin dans l'armée des nordistes, alors que son père est un illustre ministre sudiste. Cette neutralité psychologique va lui permettre de trouver le recul nécessaire pour enquêter sur ces meurtres de dunkers, une communauté pacifiste qui ne veut pas prendre part à la guerre. Mais ce sera difficile pour le jeune médecin de conserver tout son sang-froid face à l'horreur de la guerre ! 



Celui-ci va côtoyer des généraux sanguinaires comme Shéridan et Custer qui envoient, pour des raisons parfois complètement absurdes, au casse-pipe des milliers d'hommes, certains de trouver la mort, soit par les balles, soit par la maladie. 

Un roman noir historique d'une puissance indéniable qui dénonce l'absurdité de la guerre, et qui exalte la liberté et la dignité, incarnées par le personnage principal, avec une très appréciable foi humaniste. 

L'intrigue policière est également présente, avec des rebondissements dignes des meilleurs polars. Je recommande, avant de commencer ce roman, de se documenter un minimum sur cette guerre de sécession américaine. Cela peut faciliter la compréhension de certains passages du livre, même si les explications de l'auteur sont quand même claires.

Kirk Mitchell, Dans la vallée de l'ombre de la mort, Folio, 528 pages, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Daniel Lemoine, sorti en 1994 (Etats-Unis) 1999 (France)