jeudi 4 février 2016

TÊTES DE MAURES

DIDIER DAENINCKX

_________________________________________


Auteur français

Folio
Poche 272 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication France:
2013
_________________________________________

Un bilan sans concession de l'île de beauté



Melvin Dahmani, l'anti-héros de ce roman noir historique, reçoit le faire-part de décès d'une jeune femme dont il fut brièvement amoureux dans sa jeunesse. Dahmani se rend en Corse pour assister à l'enterrement et apprend que la jeune femme s'est suicidée. Il va alors enquêter sur son passé pour comprendre les raisons de cet acte désespéré. Et soulever ainsi quelques lièvres historiques très nauséabonds. Et comme dit le proverbe corse "ici tout se fait, tout se sait, tout se tait". D'autant qu'une vague de crimes violents s'abat sur l'île de beauté. Le pauvre Melvin ne se rend pas compte que sa vie est en danger. 

Une fois de plus, Didier Daeninckx mélange habilement histoire, socio-politique, et polar noir, signant ainsi un roman passionnant mais aussi implacable et glaçant de réalisme. Attention, tout n'est pas noir non plus dans ce polar, qui vous l'aurez compris, a pour cadre la Corse, cette île si magnifique et si pleine de contrastes. J'y ai vu tout d'abord un hommage à cette terre qui regorge de paysages grandioses, inimitables. L'île de beauté porte bien son nom! Et bien sûr on y mange bien, et côté boisson, je n'ai pas compté le nombre de mauresques que Melvin s'enfile durant son périple!


Didier Daeninckx, formidable raconteur d'histoire, retranscrit magnifiquement tout ce qui fait le charme de la Corse. Mais bien sûr, cette terre a également un côté obscur et un passé lourd de conséquences. Un véritable chant de démence et de sang qui se transmet d'une génération à l'autre!

Enfin, l'auteur dénonce également l'immobilier galopant qui dénature petit à petit les plages de l'île, transformant ainsi des endroits magiques en stations balnéaires sans âme: des cités-dortoirs pour touristes qui débarquent par milliers de paquebots gigantesques. Au final, un polar très corsé ! (désolé je n'ai pas m'en empêcher)

Du même auteur sur ce blog:
On achève bien les disc-jockeys

Dans le même genre sur ce blog:

L'homme qui a vu l'homme, Marin Ledun