mardi 6 septembre 2016

LE TABLEAU DU MAÎTRE FLAMAND

ARTURO PÉREZ-REVERTE

_______________________________________________

Traduit de l'espagnol par Jean-Pierre Quijano
Le livre de Poche
352 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
1990 (Espagne)
1993 (France)
_______________________________________________

Jeu d'échecs mortel!


Vous êtes joueur d'échecs, et amateur de polars: Le tableau du maître flamand vous plaira beaucoup. Je ne sais malheureusement pas jouer aux échecs, mais je suis un grand amateur de polars historiques, et j'ai été surpris par ce roman atypique, Grand prix de littérature policière 1993!

Tout d'abord, l'auteur vous propose d'élucider un Cold Case vieux de cinq cents ans. Même Lilly Rush n'est jamais remontée aussi loin dans le temps pour résoudre un crime. C'est vous dire la performance! En effet, Le tableau du maître flamand  représente une partie d'échecs entre un seigneur et son chevalier, observés depuis le fond par une dame tout de noir vêtu. En restaurant ce tableau vieux de cinq siècles, pour une vente aux enchères, la jeune Julia découvre une phrase cachée, qui semble avoir été recouverte par le peintre lui-même: Qui a pris le cavalier? Qui devient très vite: qui a tué le chevalier? Car il s'avère que le chevalier en train de jouer aux échecs était déjà mort avant que ce tableau soit peint. Mort assassiné par un tir d'arbalète. Une sacrée énigme à résoudre, qui va prendre une tournure diabolique cinq cents ans plus tard.

Car ensuite, l'auteur vous propose de continuer la partie d'échecs restée en suspens dans le célèbre tableau. Mais attention, quand l'adversaire vous prend une pièce, quelqu'un meurt dans l'entourage de la jeune restauratrice. Comme si le tueur du chevalier vivait encore cinq cents ans plus tard. Je n'en dis pas plus, je vous laisse le soin de découvrir cette partie d'échecs mortelle, au sens propre comme au figuré. Le tableau du maître flamand repose donc sur une intrigue très complexe, riche, pleine de subtilité. L'auteur a produit une oeuvre érudite, intelligente, qui mêle logique mathématique, philosophie, psychologie, et bien sûr peinture et histoire. Le style d'écriture sophistiqué et raffiné de l'auteur colle parfaitement à l'élégance du récit, dans un Madrid hors du temps. Un classique incontournable du polar historique, et un final grandiose, qui tient toutes ses promesses. 

Dans le même genre sur ce blog:
La promesse de l'ange, Frédéric Lenoir, Violette Cabesos

Aucun commentaire: