vendredi 6 janvier 2017

DOSSIER 64

JUSSI ADLER OLSEN

____________________________________________

Traduit du danois par Caroline Berg
Le Livre de Poche
672 pages
Sélection Guide Polar de Pietro
Première publication:
2010 (Danemark)
2014 (France)
____________________________________________

La vengeance est un plat qui se mange froid!


"Bon. Rose, Assad. Ecoutez-moi. Nous enquêtons avant tout sur la disparition de cinq individus, d'accord? Rita Nielsen, Gitte Charles, Philip Norvig, Viggo Mogensen et Tage Hermansen. Tous ont disparu à peu près au même moment et aucun n'a ressurgi depuis. Cette coïncidence troublante nous amène en toute logique à soupçonner une affaire criminelle. Nous avons trouvé des points de convergence entre ces divers personnages. L'asile pour femmes de Sprogo et Nete Hermansen d'un côté, et de l'autre, les activités de Curt Wad qui ne laissent pas d'attirer l'attention".

Plus besoin de présenter la désormais célèbre équipe danoise de choc, spécialisée dans les affaires criminelles classées. Cold Case version scandinave. Le département V, composé du caractériel Carl Morck, le chef, et d'Assad, et de Rose, les deux assistants. Des personnages attachants, qui se démènent avec des moyens limités pour résoudre des affaires réputées insolubles. Dossier 64 est la quatrième enquête du département V, après Miséricorde, Profanation, et Délivrance. Une nouvelle enquête palpitante, pleine de suspense et rebondissements. Et une fois n'est pas coutume, Carl Morck va encore devoir riquer sa vie pour faire éclater la vérité au grand jour. Il faut dire que s'attaquer au parti fasciste danois à son fondateur Kurt Wad, ce n'est pas une mince affaire! Surtout quand le fondateur en question cache des secrets inavouables, qui ne doivent, en aucun cas, être dévoilés au peuple danois. 

Dossier 64 est à ce jour mon roman préféré de Jussi Adler Olsen. Un auteur surdoué au style percutant, et plein d'humour malgré la gravité des sujets abordés. Une écriture musclée, décoiffante, au service d'une intrigue criminelle taillée au couteau, et doublée d'un récit bouleversant qui permet à l'auteur de dévoiler tout un pan de l'histoire danoise. Le pan peu glorieux, peu reluisant, qui se reflète dans l'histoire de Nete Hermansen. Née dans une famille à problèmes, puis broyée et rejetée par tout un système. Un destin tragique qui alimentera la haine de cette femme, et l'amènera à commettre l'irréparable. Une vie faite de mauvaises rencontres. Six personnes en particulier qui méritent selon Nete la mort. L'une de ces personnes étant Kurt Wad, le chef du parti fasciste danois. 

Dans ce passionnant suspense politico-historique, Jussi Adler Olsen dresse un constat sans concession sur le Danemark d'aujourd'hui. Un pays en manque de repères qui n'assume toujours pas certains aspects de son passé. Un pays également marqué par la progression des extrêmes. 

Dans le même genre sur ce blog:
La femme en vert, Arnaldur Indridason
La maison de fer, John Hart

Aucun commentaire: