mercredi 21 septembre 2022

Fais-le pour maman, de François-Xavier Dillard

 

J'ai mis beaucoup de temps avant de me décider à finalement écrire une critique sur ce livre. Je l'ai déjà mentionné à plusieurs reprises dans ce blog, je ne publierai jamais une critique sur un livre que je n'ai pas aimé du tout. Et cela fait longtemps que j'applique la règle suivante: si je n'accroche pas du tout à l'histoire ou à l'écriture de l'auteur(e), j'arrête rapidement la lecture et je passe au livre suivant. Il y a tellement de bons polars à lire que je ne perds plus de temps. Donc écrire un article sur un livre que j'ai arrêté au bout d'une dizaine de pages ne sert à rien, de mon point de vue. Je n'ai pas arrêté la lecture de Fais-le pour maman, j'ai terminé le livre parce que j'avais envie de savoir comment cette histoire très noire allait se finir. Et pourtant, ce thriller me laisse globalement une impression mitigée. 

J'ai un peu de mal à définir ce livre, mélange de thriller sanglant, de suspense psychologique et de roman noir familial. Fais-le pour maman raconte principalement l'histoire tragique de Sébastien Venetti, qui a connu un drame familial sanglant dans son enfance. Aujourd'hui médecin généraliste dans une ville de province, Sébastien élève seul ses deux filles, sa femme étant décédée subitement dans des circonstances très glauques. 

Bon, vous l'aurez compris, il flotte vraiment autour de ce père célibataire une aura sombre, très sombre. Une sorte de nuage noir qui recouvre en permanence la vie de Sébastien, et cela ne va pas aller en s'arrangeant, puisque de mystérieux décès d'enfants parmi ses patients vont semer encore plus le trouble dans l'existence de ce père et médecin en apparence sans histoire. Mais c'est bien connu, il faut toujours se méfier des apparences...

Pour son deuxième roman, François-Xavier Dillard ne lésine pas sur le romanesque, et nous offre une intrigue diabolique, riche en suspense et en rebondissements. En outre, l'auteur laisse planer un doute omniprésent sur la véritable personnalité de Sébastien. Une ambiguïté apportant une vraie valeur ajoutée à ce récit à plusieurs voix qui entremêle passé et présent. 

Sur la forme, par contre j'ai eu du mal à accrocher au style d'écriture de l'auteur. Il y a quelques maladresses d'écriture, certaines phrases sont trop longues, ce qui donne un côté un peu lourd au récit. J'ai parfois aussi ressenti un manque de fluidité et de clarté. Après, je ne dis pas non plus que c'est mal écrit, car globalement l'histoire est plutôt facile à suivre et à comprendre. Et encore une fois, j'avais vraiment envie de connaître le fin mot de cette histoire très noire, il faut le reconnaître. Après, je ne suis pas sûr d'avoir envie de lire d'autres productions de cet auteur. Je n'ai ni aimé ni détesté ce livre, mais je l'ai terminé, point final. 

François-Xavier Dillard, Fais-le pour maman, Pocket, 320 pages, sorti pour la première fois en France en 2014. 

Je vous conseille aussi:

1 commentaire:

Céline a dit…

Comme quoi... pour ma part, j'avais beaucoup aimé.
Bonne journée !