mercredi 30 juillet 2014

Le sabbat dans Central Park, de William Hjortsberg


Qui était ce client dont le nom biscornu faisait fourcher la langue ? Quelle était donc cette ombre après laquelle courait le détective Harry Angel ? Entraîné dans un tourbillon de vaudou, violence et voyance, il comprit enfin - mais trop tard - que c'était une énorme farce... et qu'il en était le dindon. Adapté au cinéma sous le titre Angel Heart, avec dans le rôle principal Mickey Rourke, ce court roman est un whodunit décalé à l’atmosphère inimitable, qui se lit d’une traite. Mais le film est résolument fantastique alors que le livre peut être qualifié d'insolite, de décalé, mais pas de fantastique. En tout cas, je ne l'ai pas perçu comme tel.

Ce qui est sûr c'est que l’auteur fait preuve d’un talent extrêmement novateur, et nous bluffe avec cette enquête complètement atypique. Le récit est fluide, bien écrit, sans temps mort, sans gras. Jusqu’au final bluffant. 
Oui, je vous le dis la chute est stupéfiante, c’est vraiment du grand art. Au final, Le sabbat dans Central Park fait partie de ces polars cultes qui auront marqué à jamais le genre. C'est le chef d'oeuvre de William Hjortsberg.

William Hjortsberg, Le sabbat dans Central Park, Gallimard, 254 pages, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Rosine Fitzgerald, sorti en 1978 (Etats-Unis) 1980 (France)

Je vous conseille aussi: