vendredi 13 mars 2015

SÉVICES

TED LEWIS

__________________________________________

Traduit de l'anglais par Jean Esch
Editions Rivages
Poche 360 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:

1980 (Angleterre)
1993 (France)
__________________________________________

Un sommet du roman noir


Je le dis franchement: j'ai failli arrêter la lecture de Sévices au bout de la vingtième page. J'avais l'impression de lire la suite d'un roman, sans que l'auteur fournisse une quelconque explication sur ce qu'il s'était produit avant. Je ne comprenais strictement rien à cette histoire de gangster. Heureusement que j'ai persisté, car je serais passé à côté de ce petit chef d'oeuvre, dont l'atmosphère très noire fait penser aux meilleurs David Goodis, Jim Thompson ou encore Robin Cook. 

Le narrateur à la première personne est un roi du porno qui s'est exilé dans une station balnéaire britannique. Et dans les premières pages, il évoque plusieurs affaires et différents protagonistes, ce qui a le don d'embrouiller un peu le lecteur. Le récit est découpé en deux parties qui se chevauchent tout au long du roman: le présent et le passé. Dans le présent, l'auteur habite un pavillon perdu au bord de la mer et sombre peu à peu dans l'alcool et la folie. Le passé nous permet de comprendre les raisons de ce basculement progressif dans la démence. 

Au fil des pages, cette histoire de règlements de comptes entre truands s'éclaircit, l'intrigue prend forme, l'écriture de Lewis devient plus fluide, la tension monte, jusqu'au final époustouflant, un final complètement inattendu "à la Shutter Island". Il faudra plusieurs relectures de certains passages pour saisir toute l'habileté et le talent de cet auteur, mort d'alcoolisme à l'âge de 42 ans. On comprend d'autant mieux pourquoi son anti-héros semble si vrai!!

Dans le même genre sur ce blog: