jeudi 23 juillet 2015

LE ROYAUME DES PERCHES

MARTTI LINNA

_____________________________________

Traduit du finnois par Paula et Christian Nabais
Editions Babel
Poche 240 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:

2007 (Finlande)
2013 (France)
______________________________________

Un excellent polar naturaliste dans la Finlande des lacs


Ce court whodunit se déguste sans modération et d'une traite, en quelques heures. Un plaisir de lecture total, je ne me suis même pas rendu compte que j'étais déjà à la fin du livre. Tout y est: un décor insolite, une intrigue captivante, des personnages attachants et réalistes, et surtout une formidable originalité dans l'écriture. Un grand bravo aux traducteurs qui ont su parfaitement retranscrire l'univers et le style de l'auteur.

Dépaysement garanti avec ce polar naturaliste, dont l'action se déroule principalement dans un camping au bord d'un lac finlandais, qui regorge de ...perches. L'inspecteur Sudenmaa enquête sur la disparition soudaine de Hilkka, la femme d'Ilpo Kauppinen, un pêcheur taciturne littéralement obsédé par les perches. En apparence un polar tranquille à l'intrigue classique dans un décor typique de la Finlande, qui compte paraît-il des centaines de milliers de lacs! Mais c'est sans compter sur l'écriture lumineuse et imagée de l'auteur. Celui-ci a su trouver l'équilibre parfait entre spleen désabusé et humour grinçant. Certains passages sont d'une profonde tristesse quand d'autres regorgent d'humour mordant. 

Enfin, l'intérêt du roman réside dans la personnalité complexe de son personnage principal, l'inspecteur Sudenmaa: un homme d'âge mur, profondément marqué par la vie, qui s'est réfugié dans son travail afin d'oublier un peu la difficulté de devoir élever seul sa fille de 14 ans. La mère étant partie avec son amant de toujours: l'alcool. Un terrible fléau qui n'épargne pas la Finlande, et qui a détruit la famille de Sudenmaa. Le Royaume des perches est donc une totale réussite, un roman pétri d'humanité.

Dans le même genre sur le blog:

Casco bay, William G. Tapply