lundi 20 juillet 2015

LA VÉRITÉ SUR L'AFFAIRE HARRY QUEBERT

JOËL DICKER

______________________________________

Auteur suisse francophone
Editions De Fallois
Poche 854 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication France:

2012
______________________________________

Désormais un classique de la littérature


"Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé." Comme cette phrase sonne juste, et fait totalement écho à une émotion que je ressens lorsque je termine la lecture d'un très bon livre. Les personnages auxquels je me suis attaché me manquent déjà, ainsi que les mots de l'auteur et l'atmosphère du livre... Bref j'aurais voulu que ça continue. Pourtant, ici, on parle d'un pavé de plus de 850 pages dans sa version poche. C'est ça qui est fort. On en redemande encore. Quel monument ce livre! Whodunit, roman de critique sociale, roman d'apprentissage aussi. Tant de thèmes abordés, et tant d'objectifs atteints par ce jeune auteur plein de vitalité! 

Premier objectif: divertir le lecteur, le captiver du début à la fin. L'auteur tisse une intrigue complexe, machiavélique, pleine de rebondissements, dont la résolution finale interviendra dans les toutes dernières pages. Il vous faudra donc passer par toute une gamme d'émotions intenses avant de connaître la réponse à cette question: qui a  tué Nola Kellergan? Été 75, dans une petite ville américaine: Harry Quebert, un jeune écrivain de 34 ans en mal d'inspiration, rencontre enfin sa muse en la personne de Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans. Un amour interdit, secret, qui finira mal: la jeune fille disparaît mystérieusement. 33 ans après, ses restes sont retrouvés dans le jardin de la maison d'Harry Quebert, coupable tout désigné du meurtre. Marcus Goldman, son "fils spirituel", également jeune écrivain en mal d'inspiration, va s'efforcer de faire la lumière sur toute cette affaire, au sein d'une bourgade à l'atmosphère viciée. Une expérience éprouvante, au final hallucinant!

Deuxième objectif: faire réfléchir le lecteur, en appeler à son sens critique. Car cette fresque est plus qu'un simple thriller, c'est aussi un constat subtil et sans concession de l'Amérique d'aujourd'hui: une société de consommation à outrance qui vit uniquement dans le moment présent, l'instantané. Car tout va toujours plus vite avec internet. Dans ce contexte, même la création littéraire devient un bien marchand comme les autres, faisant l'objet de campagnes marketing agressives. 

Pour vendre un livre, il faut créer le "buzz", faire du sensationnel, se démarquer de cette "nasse informationnelle illimitée". En outre, l'importance de l'image que l'on renvoie et la crainte du qu'en-dira-t-on prennent le pas sur la personnalité spirituelle, et ce aussi bien à New York qu'à Aurora. Et donc la question de la liberté des individus peut se poser au sein d'un conformisme ennuyeux. 


Enfin, j'ai perçu ce livre comme un hommage grandiose au métier d'écrivain, une démonstration du pouvoir immense de l'écriture, et de la force de l'imagination. Si vous avez commencé l'écriture d'un roman, vous puiserez dans ce livre beaucoup d'enseignements utiles pour mener à bien cette entreprise! 


Dans le même genre sur le blog:

Bestseller, Jesse Kellerman