dimanche 15 avril 2018

LE LIVRE DES MORTS

GLENN COOPER

_______________________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Carine Chichereau
Editions Pocket
Poche 506 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
2009 (Etats-Unis)
2010 (France)
_______________________________________________

Un grand classique du thriller ésotérique à l'américaine !

Sorti en 2009 aux Etats-Unis, le premier roman de Glenn Cooper, mélange explosif de suspense sanglant, polar politique, et thriller historico-ésotérique, a connu un très grand succès critique et commercial. Il faut dire que ce monstrueux best-seller a vraiment tout pour plaire, c'est une histoire stupéfiante mettant en scène des personnages hors normes. Un roman haletant d'une intelligence, d'un foisonnement, et surtout d'une maîtrise exceptionnels. Un thriller littéralement hallucinant, riche en suspense et en rebondissements, on en a pour son argent. Un thriller mené tambour battant, sorte de bombe textuelle hypervitaminée, bref un livre à grand spectacle !

Pour un premier roman, Glenn Cooper frappe fort, et renouvelle, avec Le Livre des morts, le genre du polar ésotérique, véritable mécanique de précision parfaitement huilée qui balaie tout sur son passage. Sur la forme, le style d'écriture est simple, alerte, percutant, spectaculaire, au service  d'un récit fluide, remarquablement construit, et mené avec une dextérité hors du commun. Sur le fond, l'auteur laisse totalement libre cours à son imagination débordante, pour nous concocter une intrigue diabolique, qui traverse des époques et des lieux différents. Une histoire tordue où il est notamment question de meurtres en série à New York, d'un monastère établi sur l'île de Wight, et d'une base secrète dans le désert du Nevada. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse le soin de découvrir cet incontournable du thriller ésotérique à l'américaine. Cultissime, tout simplement !

Du même auteur sur ce blog:
La Prophétie des papes

Dans le même genre sur ce blog:
L'Evangile selon Satan, Patrick Graham



Aucun commentaire: