lundi 1 juillet 2019

LA PETITE GAULOISE

JÉRÔME LEROY

_______________________________________________

Auteur français
Editions Folio
Poche 135 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication France:
2018
_______________________________________________

Un court roman noir décapant.


"En voyant Alizé Lavaux sur le point de sortir, Flavien Dubourg ne trouve à dire que quelque chose de très administratif:
- Le PPMS est très clair, Alizé, il ne faut absolument pas quitter les locaux confinés avant la sirène marquant la fin de l'alerte.
- Je m'en branle. J'ai envie de pisser, de fumer et pas d'assister à un viol collectif. Alors, allez vous faire foutre avec votre PPMS. "

Je trouve que cet extrait est vraiment représentatif de l'atmosphère tragi-comique qui règne dans ce court roman de Jérôme Leroy, auteur français confirmé de polars noirs. Depuis plusieurs romans déjà, Jérôme Leroy décrit une France dirigée par un parti d'extrême-droite, le "Bloc Patriotique". Dans La Petite Gauloise, l'action se déroule dans "une grande ville portuaire de l'Ouest", dirigée également par une mairie d'extrême-droite. Inutile de vous résumer l'intrigue échevelée de ce court récit, l'intérêt principal ne réside pas tant dans l'histoire que dans la façon de la raconter. Alors oui, il y a bien une histoire, de l'action, des rebondissements mais La petite Gauloise est surtout un livre qui raconte de l'intérieur une certaine France. Un portrait au vitriol d'une société en totale décomposition sur fond de terrorisme. 

Avec ce roman décapant, Jérôme Leroy illustre brillamment une veine encore peu représentée dans le polar, le tragi-comique, par une histoire tour à tour hilarante et d'un réalisme dérangeant. Un mélange de comédie grinçante, féroce, et de roman noir sociopolitique. Ce livre incandescent est corrosif, irrévérencieux, subversif, caustique, et tellement, terriblement actuel. L'auteur tire la sonnette d'alarme en version destroy. Au final, un polar décalé, échevelé, rempli d'humour noir, cru, sans filtre. un court récit qui se lit d'une traite, et qui porte la marque d'un écrivain atypique de talent, sachant raconter une histoire. Aucun doute là-dessus.

Du même auteur sur ce blog:
L'ange gardien

Dans le même genre sur ce blog:
On achève bien les disc-jockeys, Didier Daeninckx
La Daronne, Hannelore Cayre

Aucun commentaire: