mercredi 21 août 2019

Nuit blanche, de Nicolas Druart


... Pour toi qui t'apprêtes à ouvrir la première page de ce fulgurant thriller. Plus qu'un livre, c'est une véritable expérience que tu vas vivre, éprouvante, terrifiante, frontale, rarement un roman n'aura aussi bien porté son nom que celui-ci. Tu viens de commencer à lire ce suspense sanglant, et tu avais des engagements pour la soirée ? Annule-les immédiatement. Car tu vas passer une nuit blanche à dévorer ce vrai thriller, une mécanique de précision qui balaie tout sur son passage. Un furieux page turner impossible à lâcher avant la toute dernière page, riche en suspense et en rebondissements. Une intrigue époustouflante, tordue, taillée au couteau, un feu d'artifice d'action, des scènes chocs, un frisson à chaque page, des retournements de situation, bref Nuit blanche est une bombe textuelle survitaminée, un livre à grand spectacle. C'est MON thriller de cet été 2019 !

Sur le fond, Nicolas Druart a réuni dans ce roman tous les ingrédients nécessaires pour que tu passes une nuit blanche, ou plutôt une nuit de terreur pure. Car je t'avertis tout de suite, le menu est chargé: tu prends une petite ville fictive du Sud-Ouest de la France, au sein de laquelle se trouve un hôpital complètement isolé, coincé sur un isthme encadré par la rivière. Puis tu ajoutes une tempête d'une violence inouïe qui s'abat sur l'établissement, tandis que les gendarmes amènent un patient atteint de malaria et plongé dans le coma depuis des mois. Bon, accessoirement, le patient en question est aussi un redoutable tueur en série. La tempête virant à l'apocalypse pure et simple, le personnel soignant et les patients de l'hôpital se retrouvent coupés du monde, isolés. Ensuite c'est sauve-qui-peut, les meurtres sanglants et autres catastrophes en tout genre vont se multiplier au cours de cette longue, très longue nuit. Un cocktail explosif pour un premier roman épicé c'est le moins que l'on puisse dire. Un huis clos noir comme le cauchemar.

Infirmier de profession, Nicolas Druart fait une entrée fracassante dans le polar français avec ce roman décapant qui se dévore d'une traite, l'auteur fait preuve d'une vertigineuse inventivité pour nous faire passer une vraie nuit blanche. Sur la forme, c'est bien écrit dans un style simple, limpide, percutant, au service d'un récit fluide, sans temps mort. L'auteur ne lésine ni sur le romanesque ni sur les rebondissements, jusqu'à la dernière ligne, pour notre plus grand bonheur. Un premier roman totalement réussi, abouti, qui révèle un écrivain de talent à l'imagination débordante. 

Nicolas Druart, Nuit blanche, Pocket, 450 pages, sorti en 2018.

Je vous conseille aussi:
Puzzle, Franck Thilliez
Shutter island, Dennis Lehane
Embruns, Louise Mey




Aucun commentaire: