mardi 22 juillet 2014

La disparue de Colliton Park, de Minette Walters


Minette Walters est une des meilleures plumes du polar britannique, son écriture est simple, directe, sans gras, sans fioritures. Et ses intrigues sont toujours captivantes, et quand même plutôt noires. La disparue de Colliton Park est un très bon whodunit, plein de rebondissements, du cousu main pour amateurs de polars d'enquête bien ficelées, dans la lignée de l'excellente série télévisée Cold Case.

Un viol, un meurtre: deux crimes vieux de trente ans empoisonnent les souvenirs d'une petite ville normalement sans histoire. 
En 1970, dans la banlieue populaire de Bornemouth, une jeune fille est violée par quatre adolescents. Quelques rues plus loin, une vieille dame est sauvagement assassinée chez elle, et le meurtre imputé à son petit-fils. En 2003, un anthropologue et une élue municipale, tous deux intéressés par les erreurs judiciaires, reviennent sur les faits et découvrent qu'un meurtrier hante toujours les rues de la ville…

C'est bien écrit, c'est bien mené, tout est subtilement et efficacement contrôlé. Un polar "so british" qui porte la marque d’un écrivain de talent. 

Minette Walters, La disparue de Collinton Park, Pocket, 576 pages, traduit de l'anglais par Odile Demange, sorti en 2005 (Angleterre et France) 

Je vous conseille aussi: