samedi 29 novembre 2014

Le vieux coup de la sauterelle, de Kinky Friedman


Le vieux coup de la sauterelle est le quatrième roman de Kinky Friedman, chanteur-de-country-viré-au-détective-privé-amateur, c'est vintage à mort. C'est un whodunit palpitant dans la plus pure tradition du genre: au menu et dans le désordre, des cadavres qui s'accumulent, des gens qui disparaissent et qui réapparaissent, des skinheads, des nazis, la jungle très très dangereuse de Bornéo, et un Kinky au mieux de sa forme qui résout l'énigme tout en dispensant sa philosophie alambiquée de la vie. Oh oui, c'est le moins que l'on puisse dire, le Kinkster est un sacré personnage. Tout est ici subtilement et efficacement contrôlé, le Kinkster distille les indices et reconstitue un puzzle pour le moins surprenant. 


Une enquête pleine de rebondissements, mais surtout une symbiose très réussie entre l'humour irrévérencieux et le lyrisme poétique touchant d'humanité de l'auteur; Cette dernière facette n'est d'ailleurs pas présente dans les trois premiers romans et ajoute une touche de sensibilité bienvenue dans l'univers déjà bien singulier de l'auteur. Un roman totalement abouti.

Je précise que c'est vraiment le dernier "vrai" whodunit de la série, car les opus qui suivront sont davantage des pastiches de polars complètement déjantés, à prendre au troisième, voire quatrième degré. Enfin, mention spéciale au traducteur qui a su parfaitement retranscrire le style imagé et les expressions de l'auteur. Un univers à part plein d'humour et pétri d'humanité. 

Kinky Friedman, Le vieux coup de la sauterelle, Rivages, 320 pages, Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Frank Reichert, sorti en 1989 (Etats-Unis) 1994 (France)

Du même auteur sur ce blog:
Elvis, Jésus et Coca-Cola ; Meurtres au Lone Star Café