jeudi 12 mai 2016

Les infâmes, de Jax Miller


Avertissement ! Vous qui entrez dans Les infâmes, laissez toute espérance, et attendez-vous à vivre une expérience éprouvante. Ici, on est dans le domaine du roman très très noir. Pour son premier roman, Jax Miller n'y va pas par quatre chemins pour raconter son histoire noire comme le cauchemar. Un récit à plusieurs voix épique et violent, des destins qui s'enchevêtrent parfois pour le meilleur, souvent pour le pire. Des personnages inoubliables, avec en première ligne l'héroïne de ce roman, ou plutôt l'anti-héroïne: Freedom Oliver, alias Nessa Delaney. 

"C'est une mère blessée. Une femme qui ne reculera devant rien pour retrouver les enfants qu'elle n'a jamais connus, une femme qui a tout sacrifié, au risque d'endurer des souffrances que Mattley ne peut même pas envisager." Les infâmes est avant tout l'histoire de cette femme brisée par un cruel destin, qui va traverser le grand nulle part américain d'ouest en est, pour retrouver sa fille biologique, qui a disparu de son foyer d'adoption. Foyer qui s'avère être une secte religieuse, dirigée par un pasteur aux croyances très radicales. Le récit à la première personne du singulier permet au lecteur de sonder en profondeur la personnalité de Freedom, et de ressentir ses émotions face aux événements. Ce qui donne au récit une grande intensité dramatique, contribuant au succès de ce roman hors norme. 

Premier roman très prometteur d'une auteure surdouée, Les infâmes séduit donc par le portrait chargé d'émotions d'une femme blessée, un peu dans la lignée de la Marianne de Karine Giébel dans Meurtres pour rédemption, ou de la Libby de Gillian Flynn dans Les lieux sombres. Ce roman noir séduit aussi par l'écriture viscérale, et brut de décoffrage de Jax Miller. Un style à fleur de peau, qui sert un récit sombre et nerveux. Certaines scènes sont très dures, accrochez-vous! Enfin, les cinquante dernières pages du roman atteignent parfois des sommets en terme de suspense et d'intensité dramatique. Et le final "corral" est noir comme le cauchemar. Un roman frontal à plus d'un titre !

Jax Miller, Les infâmes, Ombres noires, 352 pages, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Claire-Marie Clévy, sorti en 2015 en France. 

Je vous conseille aussi:

Aucun commentaire: