mercredi 19 octobre 2016

CORONADO

DENNIS LEHANE

______________________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Isabelle Maillet
Editions Rivages
Poche 256 pages
Première publication:
2006 (Etats-Unis)
2007 (France)
_______________________________________________

Cinq nouvelles et une pièce de théâtre en bonus!


" Une lueur révélatrice d'une capacité de vivre avec intensité, de prendre chaque moment - aussi modeste ou insignifiant soit-il - et de le presser afin d'ne extraire toute la substance jusqu'à la dernière goutte. Jewel Lut dévorait la vie, y plongeait tête la première comme dans un lac de montagne par la plus chaude journée de l'année." C'est ça le style Lehane, des mots forts qui se connectent directement à votre cerveau. Lehane est un écrivain, capable de vous embarquer dès la première phrase dans ses histoires, pour ne plus vous lâcher.

Coronado se compose de cinq nouvelles noires de l'auteur, ainsi que de sa première pièce de théâtre, qui est une extension singulière et profondément touchante de la nouvelle Avant Gwen. Cette pièce met en lumière deux grandes forces de l'auteur: une capacité à créer des scènes atteignant des sommets d'intensité dramatique, et des dialogues percutants. Bien sûr, on retrouve aussi dans les cinq nouvelles tout ce qui fait le charme de l'auteur: des intrigues remarquablement construites, des personnages forts, et toujours cette réflexion sur la nature humaine. Des histoires qui privilégient la dureté des rapports humains à l'intrigue criminelle. Il y a de la densité, de la profondeur, et bien sûr de la noirceur dans ces nouvelles.

Au final, Coronado n'est certes pas l'opus  le plus connu de l'auteur, qui a écrit de nombreux chefs d'oeuvre: Un dernier verre avant la guerre, Shutter Island, Mystic River, Un pays à l'aube. Des romans noirs qui sont définitivement entrés dans l'histoire du roman policier. Mais Coronado permet de découvrir une autre façette du plus grand écrivain américain vivant de romans noirs: la capacité d'écrire aussi des histoires courtes mais intenses. Des récits pétris d'humanité. Pour le meilleur et pour le pire! Avec en apothéose une pièce de théâtre riche en émotions et en rebondissements. Longue vie à toi Dennis!

Du même auteur sur ce blog:
Un dernier verre avant la guerre
Shutter Island



Dans le même genre sur ce blog:
Roberto Zucco, Bernard-Marie Koltès



Aucun commentaire: