lundi 5 décembre 2016

UN STAGIAIRE PRESQUE PARFAIT

SHANE KUHN

________________________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Karine Lalechère
Editions 10/18
Poche 432 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
2014 (Etats-Unis et France)
________________________________________________

Un polar tarantinesque ! 



"Règle n° 14 : "Etudie l'art subtil de la stratégie de sortie." 
Mon dixième contrat consistait à éliminer le directeur général d'une compagnie de navigation internationale qui tirait un appoint non négligeable du trafic humain. Ses cargos arrivaient dans les ports de Los Angeles, New York, Miami et Oakland, remplis de produits venus d'Asie: crottes de chien en plastique, gratte-dos  - et esclaves. Tu connais ce genre d'histoire, alors je t'épargnerai les détails. Il suffit de dire que ce salopard fournissait 90 % des ateliers de misère du pays et gagnait un max de blé. Il enculait le rêve américain pour que tu puisses t'acheter des tee-shirts pas chers à Old Navy. Elle est pas belle la vie?" Cet extrait reflète bien le ton général de ce petit bijou d'humour noir: un ton décalé, cynique, sarcastique, dévastateur. En effet, pour son premier roman, Shane Kuhn fait preuve d'une vertigineuse inventivité. 

Un Stagiaire presque parfait est une sorte de manuel du parfait tueur à gages, un guide concocté par John Lago, l'anti-héros de ce thriller tarantinesque. Au départ  John est un "bébé-poubelle" (le terme politiquement correct est enfant défavorisé), abandonné par ses parents à la naissance, puis trimbalé d'un foyer à un autre. Un futur délinquant en puissance qui va être recruté par un certain Bob (un personnage qui vaut le détour croyez-moi!). Ainsi, John va devenir le meilleur employé de RH Inc, une société qui, officiellement, garantit à ses clients les meilleurs stagiaires de l'Amérique. Officieusement, les stagiaires en question sont des tueurs à gages chargés d'infiltrer n'importe quelle organisation afin d'éliminer des cibles bien identifiées. Ou pas ! En effet, ce livre, mélange explosif de thriller sanglant et de polar décalé, raconte la dernière mission de John Lago: avant de prendre une retraite bien méritée à l'âge de 25 ans, John est chargé d'infiltrer un prestigieux cabinet d'avocat et d'éliminer l'un des trois associés, soupçonné de vendre au plus offrant la liste des témoins protégés par le FBI. Mais John va devoir découvrir tout seul comme un grand qui est le vilain petit canard. 

La mission la plus compliquée de sa longue carrière de tueur, sauve-qui-peut ! l'ami John va être entraîné dans un tourbillon d'aventures déjantées. Mais surtout, John, conditionné dès son plus jeune âge à ne rien ressentir d'humain, va découvrir la plus belle des émotions: l'amour. Mais attention l'amour peut très vite se transformer en haine. Pauvre John! Vous l'aurez compris, Un stagiaire presque parfait est une bombe textuelle survitaminée, un feu d'artifice d'action, de suspense, et d'humour. Un récit fluide, plein de rebondissements improbables, jusqu'au dénouement final inattendu. Un livre à grand spectacle, truffé de passages tarantinesques, très bien écrit: un style simple, dynamique, plein de vitalité. Ce livre vous donne la pêche. Avec en filigrane, un regard acéré sur l'Amérique contemporaine. Une totale réussite, qui révèle un auteur prometteur. 

Dans le même genre sur ce blog:
Delicious, Mark Haskell Smith



Aucun commentaire: