mercredi 12 juillet 2017

LE CONTRAT SALINGER

ADAM LANGER

_______________________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emilie Didier
Editions 10/18
Poche 288 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
2013 (Etats-Unis)
2015 (France)
_______________________________________________

Un roman customisé ça vous dit ? 


Imaginons que vous soyez très riche, riche au point de pouvoir vous payer les services d'un écrivain célèbre. Pourquoi? Pour que celui-ci écrive un livre, bien sûr. Mais ce livre, vous en seriez le seul et unique lecteur. Un livre écrit pour vous. Qui restera dans votre bibliothèque, un pur inédit, ce serait quand même super non ? Et bien, c'est ce qu'a imaginé Adam Langer, qui se met lui-même en scène dans ce très bon suspense psychologique, devenu un bestseller dès sa sortie aux Etats-Unis en 2013. 

Dans Le contrat Salinger, Adam Langer raconte l'incroyable histoire de l'écrivain Conner Joyce, qui doit donc écrire un polar pour le compte du mystérieux Dex Dunford. Un contrat à plusieurs millions de dollars, ça ne se refuse pas, d'autant que Conner ne vend plus beaucoup de polars, dans une Amérique en crise qui lit de moins en moins. Et Conner a une maison à payer, et un fils à élever, alors il accepte l'offre de Dex, sorte de pacte avec le diable. Les ennuis ne font que commencer pour le pauvre écrivain, pris dans un engrenage infernal.

J'ai été embarqué dès les premières pages dans ce très bon thriller psychologique, plein de suspense et de rebondissements. L'auteur laisse libre cours à son imagination débordante, et fait preuve d'une formidable énergie créatrice. On suit médusés les aventures de Conner et d'Adam, jusqu'à l'ultime rebondissement, de toute beauté. Sur la forme, c'est un roman assez court (moins de trois cent pages dans la version poche), bien écrit, dans un style limpide, alerte, percutant.

Au final, une histoire stupéfiante mettant en scène des personnages attachants auxquels on peut s'identifier. Avec en filigrane, un portrait au vitriol du monde de l'édition. Où l'on apprend que les librairies ferment les unes après les autres aux Etats-Unis. Où un éditeur survit à condition d'avoir dans son écurie un écrivain à succès, la vache à lait qui va payer les salaires de tout le monde, un Dan Brown, un Harlan Coben, ou un Douglas Kennedy. Enfin, l'auteur dresse également un constat effrayant sur la situation économique du Midwest américain, frappé de plein fouet par le chômage. L'Amérique profonde sinistrée, qui a du mal à boucler les fins de mois, et qui votera quelques années plus tard pour un certain .. Donald Trump. 

Dans le même genre sur ce blog:


Aucun commentaire: