lundi 26 août 2019

Hunter, de Roy Braverman


Un auteur protéiforme que ce Patrick Manoukian, alias Ian Manook, le créateur du célèbre commissaire mongol Yeruldelgger, et alias Roy Braverman, le créateur d'une trilogie consacrée à l'Amérique profonde, dont Hunter est le premier volet. Et attention, ça envoie du lourd, l'auteur ne fait pas dans la dentelle, âmes sensibles s'abstenir. Ce thriller tarantinesque est une bombe textuelle survitaminée, un feu d'artifice d'action et de suspense, un huis clos éprouvant, un livre à grand spectacle. Plus qu'un livre, une véritable expérience, accrochez-vous, car ça dézingue à tout-va. Hunter peut être considéré comme un huis clos car l'essentiel de l'action se déroule à Pilgrim's Rest, un bled paumé au coeur de l'Amérique profonde, plus précisément, dans une vallée perdue des Appalaches. Vous voyez U Turn Ici commence l'enfer, le film culte d'Oliver Stone tiré du livre non-moins culte de John Ridley. L'enfer en question, c'était Sierra, un bled paumé en plein milieu du désert américain. Peuplé de personnages plus dingues les uns que les autres. Et bien Pilgrim's Rest, c'est pareil, en remplaçant simplement la chaleur et le désert par le froid et la neige. Ha oui, petit conseil d'ami: ne vous attachez pas trop aux personnages, car la plupart d'entre eux ne restent pas vivants bien longtemps. Est-ce que ce sera aussi le destin de Freeman, en quelque sorte le personnage principal de ce thriller teigneux, de passer l'arme à gauche ?

"Pas sûr que Hunter apprécie ce qu'il va prendre, lui, contrairement à la chanson d'Arlo Guthrie. Douze ans de traque et il va enfin lui mettre la main dessus. Lui faire avouer où il a caché le corps de Louise. Sa Louise. Sa fille. Sa petite Lou. Son bébé. Dix-sept ans quand cette ordure l'a enlevée. Elle en aurait trente et un aujourd'hui, mais il préfère ne pas savoir." Une chasse à l'homme qui conduira l'ancien policier vers Pilgrim's Rest. Une quête de vérité et de justice qui va prendre une tournure très inattendue. Je ne vous en dis pas plus.

Hunter est le premier volet d'une trilogie qui fera certainement date dans le polar. Ecrit dans un style très visuel, cru, à la fois très précis sur la forme et sur le fond, Hunter est un thriller magistral, nerveux, tendu. Une histoire puissante au rythme échevelé, un pur shoot d'adrénaline. Un western moderne impitoyable, noir comme le cauchemar. L'auteur montre une maîtrise impressionnante dans la conduite et dans la construction de son récit. Et la fin augure d'une suite plus que prometteuse. Frontal ! 

Roy Braverman, Hunter, Pocket, 400 pages, sorti en 2018. 

Du même auteur sur ce blog:
Yeruldelgger, sous le pseudonyme d'Ian Manook

Je vous conseille aussi:
Ici commence l'enfer, John Ridley
Pour adultes seulement, Philip le Roy
Il faut tuer Suki Flood, Robert Leininger
Bienvenue à Cotton's Warwick, Michaël Mention



Aucun commentaire: