mercredi 18 mars 2020

LES CHEMINS DE LA HAINE

EVA DOLAN

____________________________________________

Traduit de l'anglais par Lise Garond
Editions Points
Poche 525 pages
Sélection Guide polar de Pietro
Première publication:
2014 (Angleterre)
2018 (France)
____________________________________________

Un premier roman totalement maîtrisé.


"Les restes de Xin Gao iraient sous terre, dans les jardins du crématorium, tandis que chez lui, sa famille poursuivrait le cours de son existence en pensant qu'il avait dû trouver là-bas quelque chose de mieux, quelque chose qui faisait qu'il les avait oubliés. Une autre femme, peut-être. Une meilleure vie. C'était pour ça qu'on allait en Angleterre, après tout."

Oui, sauf que Xin Gao a bien trouvé la mort, dans des circonstances horribles. Et Jaan Stepulov, un immigré d'origine estonienne, a également été assassiné. Brûlé vivant à l'intérieur d'un abri de jardin. En ce moment, il ne fait pas bon être un immigré dans une petite ville anglaise. Peterborough est un concentré de toutes les tensions communautaires et sociales qui agitent actuellement le pays. L'inspecteur Zigic, qui dirige la section des crimes de haine, et le sergent Ferreira, s'attendent à devoir mener une enquête périlleuse. Une équipe de choc qui va plonger dans les bas-fonds d'une société en totale décomposition.

Les chemins de la haine est le premier roman prometteur d'Eva Dolan. Un mélange réussi de polar d'enquête et de roman noir social. Un polar engagé, aussi passionnant dans sa mécanique purement policière que dans son arrière-fond sociétal. Les multiples rebondissements de l'enquête se doublent d'un portrait au vitriol de l'Angleterre d'aujourd'hui: exploitation d'immigrés souvent clandestins, travail au noir, prostitution, criminalité généralisée, tensions communautaires, accroissement des inégalités sociales.

Au final, plus qu'un roman policier, Les chemins de la haine raconte de l'intérieur à quoi ressemble l'Angleterre d'aujourd'hui. Avec ce roman, Eva Dolan inaugure un cycle de polars coups de poing. Sur la forme, l'auteur fait preuve d'une rare maîtrise pour un premier roman, c'est bien écrit, dans un style musclé, au service d'un récit bien ficelé. 

Dans le même genre sur ce blog:
Zack, Mons Kallentoft et Markus Lutteman 
L'été des meurtriers, Oliver Bottini
Les milices du Kalahari, Karin Brynard

Aucun commentaire: