vendredi 21 janvier 2022

Am Stram Gram, de M.J. Arlidge

 

Am Stram Gram fait partie de ces thrillers dont j'entends parler depuis fort longtemps. La première enquête d'Helen Grace, officier de police dans la ville de Southampton. Je suis donc remonté aux origines du phénomène R.J. Arlidge, dont les romans sont disponibles dans tous les rayons de supermarché. Ce qui dénote un gros succès populaire. Est-ce mérité ? Il faudrait que je lise toute la série pour pouvoir répondre honnêtement à cette question. Pour l'instant, je viens de refermer la dernière page de ce thriller. Avec un sentiment plutôt mitigé. Qui ne m'a pas forcément donné envie de poursuivre plus avant cette série policière. J'ai également consulté les différentes critiques rédigées sur ce polar, et globalement je suis d'accord sur ce qu'il en ressort. Classique, efficace, prenant, mais pas très bien écrit. Je m'explique. 

D'un côté, Am Stram Gram séduit par son intrigue classique mais haletante, du début à la fin. Southampton, côte sud de l'Angleterre, un serial killer "s'amuse" à enlever et à séquestrer des paires de victimes, et donc à chaque fois, les deux personnes se retrouvent dans un endroit complètement fermé, sans eau ni nourriture. L'une des deux personnes a le droit de s'échapper si et seulement si elle tue l'autre. Helen Grace va traquer, avec toute son équipe, cet insaisissable serial killer, jusqu'à la découverte d'une incroyable vérité. 

M.J. Arlidge se situe clairement dans la lignée des Harlan Coben, Michael Connelly et autres James Patterson et Jeffery Deaver. Am Stram Gram est une mécanique de précision globalement bien huilée, avec son lot de révélations improbables et de scènes chocs, saignantes. C'est du fast book, vite lu et vite oublié, efficace à défaut d'être original. C'est bien fichu, les chapitres sont courts, le récit est plutôt fluide, et on a envie de connaître la fin, d'aller jusqu'au bout. 

Par contre, je mets un gros bémol sur l'écriture, trop familière à mon goût, assez pauvre d'un point de vue littéraire. Il y a trop d'expressions argotiques et de grossièretés. Alors certes, il en faut, car on est dans le domaine du thriller qui ne fait clairement pas dans la dentelle, mais cela n'interdit pas de faire preuve aussi d'un peu plus de finesse et d'élégance. Certes, le style est limpide, nul besoin de relire plusieurs fois les phrases pour en saisir le sens, mais la qualité de l'écriture n'est pas toujours au rendez-vous. L'auteur tombe parfois dans la facilité. 

Au final, avec Am Stram Gram, M.J. Arlidge démontre un certain talent pour échafauder des intrigues prenantes et camper des personnages forts. C'est du page-turner classique et efficace à la Harlan Coben, ça se lit bien. Il y a de l'action et du suspense. Mais je reste un peu sur ma faim !

M.J. Arlidge, Am Stram Gram, 10/18, 408 pages, traduit de l'anglais par Elodie Leplat, sorti en 2014 (Angleterre) 2015 (France)

Je vous conseille aussi:


Aucun commentaire: