dimanche 14 décembre 2014

Sale temps pour le pays, de Michaël Mention


L'Angleterre de la fin des Seventies est en proie au chaos social et à la dépression: grèves, usines qui ferment leurs portes, multiplication des actes racistes combinés à la montée du National Front, et puis dans le nord du pays, un tueur en série, surnommé par les médias l'éventreur du Yorkshire, qui s'en prend à des femmes, essentiellement des prostituées. Michaël Mention raconte de manière purement fictive la traque de ce psychopathe, sans jamais tomber dans la facilité, et signe un très bon polar d'atmosphère, très bien écrit, dans un style très moderne.

S'appuyant également sur un fond documentaire solide, ce jeune auteur très talentueux revisite toute une époque, et dresse le fidèle portrait d'un pays au bord de la rupture, marqué par l'arrivée d'une certaine ... Margaret Thatcher au pouvoir !

Premier volet d'une trilogie consacrée au côté obscur de l'Angleterre, Sale temps pour le pays porte la marque d'un jeune écrivain de talent: des chapitres courts, un récit très fluide sans temps mort, pas d'explications historiques pompeuses; Michaël Mention a su trouver le juste équilibre entre chronique historique et suspense psychologique. C'est très prometteur pour la suite.

Michaël Mention, Sale temps pour le pays, Rivages, 272 pages, sorti en 2012.

Du même auteur sur ce blog:
... Et justice pour tous ; Le carnaval des hyènes ; Manhattan Chaos

Je vous conseille aussi: