mardi 26 mars 2019

LA PROPHÉTIE DE LANGLEY

PIERRE POUCHAIRET

____________________________________________

Auteur français
Editions Jigal
Poche 310 pages
Première publication France:
2017
____________________________________________

Un polar politique au rythme haletant !



J'ai vraiment hésité à publier un article sur ce livre après l'avoir terminé, tant mon impression d'ensemble était assez mitigée. Et je ne publie un article que si le livre m'a plu. Le positif doit l'emporter sur le négatif, sinon ce n'est pas la peine, et de toute façon, je ne parviendrai pas à trouver l'inspiration ni l'envie nécessaires. Avec le recul, ce livre m'a quand même procuré des émotions et l'ensemble est plutôt bien ficelé.

Commençons par le positif: une intrigue très actuelle. Arcanes de la finance, terrorisme islamiste, et caïds de banlieue forment la trame d'une histoire explosive riche en suspense et en rebondissements. Ce polar politique très bien documenté est une vraie bombe textuelle survitaminée, un feu d'artifice d'action et de suspense, un livre à grand spectacle au dénouement explosif. Le scénario-catastrophe développé dans ce polar décapant fait froid dans le dos. Sur la forme, le style d'écriture est économe, incisif, percutant au service d'un récit fluide, sans temps mort. Pierre Pouchairet, secondé par L. Gordon, ne s'embarasse pas du superflu, et de descriptions trop détaillées des lieux et des personnages. Place à l'action et à des dialogues enlevés. Du rythme, du rythme, et encore du rythme.

Terminons par le négatif: Alors oui, ce polar sec, nerveux, très rythmé peut se lire d'une traite, vous n'allez pas vous ennuyer, c'est une mécanique de précision bien huilée. Mais qui manque de profondeur, de densité, et de crédibilité. Il y a trop d'action, pas assez de réflexion. Certaines scènes sont même inutiles. Il paraît que le sexe et la violence font vendre. Pourquoi pas si c'est bien fait, et bien amené, et si ça apporte de la valeur ajoutée à l'intrigue. C'est possible. Mais ici, je trouve que c'est caricatural, comme si l'auteur devait respecter un cahier des charges: de l'action, une intrigue bien actuelle qui parle aux gens, mais n'oublie pas le sexe et les scènes d'action bien gores ok ? Et l'auteur a parfois abusé des clichés et de raccourcis trop simplistes qui nuisent à la crédibilité du récit. Par exemple, la situation des banlieues franciliennes dites sensibles est beaucoup plus complexe que celle décrite dans ce livre. La réalité est plus nuancée.

Alors, verdict. Au final, La prophétie de Langley est un polar politique de bonne facture qui a le mérite de nous divertir. L'intrigue bien dans l'air vicié du temps est prenante jusqu'au bout, même si la fin est un peu tirée par les cheveux. Ce n'est pas un roman qui laissera une trace dans l'histoire du polar, c'est certain. Mais l'impression d'ensemble est plutôt positive. Si je devais donner une note sur 20, je mettrais 12. Donc mention assez bien.

Dans le même genre sur ce blog:
Kaboul Express, Cédric Bannel
Le festin du Serpent, Ghislain Gilberti
L'indice de la peur, Robert Harris

Aucun commentaire: