mardi 5 mai 2020

Au lieu-dit Noir-Étang, de Thomas H. Cook


Je l'avoue, j'ai versé quelques larmes à la lecture de ce roman tragique, bouleversant, terrifiant. Mais quelle puissance d'évocation, Thomas H. Cook est un écrivain, aucun doute là-dessus. Au lieu-dit Noir-Étang est un roman atroce, prenant, implacable. C'est un univers à la fois poétique et violent. Mais l'auteur ne décrit pas des violences physiques. Non ici la violence est psychologique, sociétale, c'est la violence d'une Amérique de l'entre-deux-guerres conventionnelle, puritaine, rigide, conformiste.

Cette histoire se passe dans une petite ville côtière de Nouvelle-Angleterre, dans les années 20. Une petite ville sans prétention où il ne se passe jamais rien. Jusqu'à l'arrivée de la belle et mystérieuse Mlle Channing, la nouvelle enseignante d'arts plastiques de Chatham School. L'école élitiste du coin, dirigée d'une main de fer par Arthur H. Griswald. Son fils unique, Henry, est rapidement subjugué par la beauté, le charme, et l'audace de sa jeune professeure. Mais il n'est pas le seul. Un autre professeur, Leland Reed, tombe également sous le charme de Mlle Channing. L'attirance est réciproque. Et les deux enseignants habitent au même endroit, au lieu-dit Noir-Étang. Funeste présage. Les histoires d'amour finissent mal... en général. Car Leland Reed est marié et père de famille. Et à cette époque, et dans une petite ville où tout se sait, l'adultère est considéré comme le pire des crimes.

Le jeune Henry, narrateur de cette histoire, sera l'acteur-témoin d'une tragédie amoureuse d'une violence psychologique inouïe. Jusqu'à la folie dévastatrice. Au lieu-dit Noir-Étang, le chef d'oeuvre de Thomas H. Cook, un écrivain américain prolifique et surtout talentueux. Avec son style précis, élégant, très littéraire, l'auteur nous embarque dans une histoire d'amour impossible qui se termine de la plus tragique des manières. Une histoire franchement noire qui sent la poudre et l'atmosphère viciée d'une petite ville américaine engluée dans un conformisme sociétal extrême. L'auteur fait très bien ressortir ce décalage terrible entre les aspirations profondes d'un individu et ce que le cadre familial et sociétal lui imposera. Ici, c'est même la clé de l'histoire, mais je ne vous en dis pas plus.

Sur la forme, cet auteur confirmé qu'est Thomas H. Cook montre une maîtrise impressionnante dans la conduite et surtout dans la construction de son récit. L'intrigue diabolique est magistralement entrelacée. L'auteur distille au compte-gouttes le venin dans le coeur des ses personnages jusqu'à ce qu'il soit empoisonné. L'intrigue entremêle habilement passé et présent, et dévoile petit à petit ses inavouables secrets. Au final, un classique incontournable du roman noir américain, à la fois bouleversant et terrifiant. Un roman culte récompensé par l'équivalent américain de notre grand prix de littérature policière. Amplement mérité ! 

Thomas h. Cook, Au lieu-dit Noir-Étang, Points, 378 pages, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Philippe Loubat-Delranc, sorti en 1996 (Etats-Unis) 2012 (France)

Je vous conseille aussi:
En sacrifice à Moloch, Asa Larsson 
Le Prédicateur, Camilla Läckberg 
Qui je suis, Mindy Mejia 
Le Chant de l'assassin, R.J. Ellory

Aucun commentaire: