lundi 21 septembre 2015

Quelque part avant l'enfer, de Niko Tackian


Franck Thilliez ne s'est pas trompé en faisant la préface du premier thriller de Niko Tackian. Une préface enthousiaste à laquelle j'adhère totalement après avoir dévoré d'une traite ce thriller captivant et totalement abouti. Toute comme Franck Thilliez, j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce thriller qui traite le thème des fameuses EMI (expériences de mort imminente). Et L'auteur sait raconter une histoire  et tenir en haleine son lecteur, aucun doute là-dessus. C'est très très prometteur pour la suite, il y a du potentiel. Le talent est là.


Sur le fond, ce premier roman raconte l'histoire d'Anna Renucci, jeune mère de famille qui se retrouve dans le coma suite à un grave accident de voiture. Anna va vivre une expérience de mort imminente. En général, ces EMI se passent très bien, les "expérienceurs" ressentent une impression d'apaisement, de sénénité, et n'ont plus peur de la mort. Malheureusement ce n'est pas le cas d'Anna, qui va vivre une expérience noire. Dans son "rêve", la jeune femme déjà très fragile va croiser la route d'un tueur en série de prostituées. Et parfois, du rêve à la réalité, il n'y a qu'un pas... Car ce tueur est bien réel !

Sur la forme, ce thriller saignant se compose de chapitres courts qui ne laissent aucun répit au lecteur. Le style d'écriture simple et alerte sert un récit fluide et bien construit. Le roman est assez court, il n'y a pas de longueurs, pas de gras. Le suspense est habilement dosé, et l'identité du coupable connue dans les toutes dernière pages du livre. Tout est subtilement et efficacement contrôlé. L'essai est donc transformé pour Niko Tackian, dont le premier thriller est vraiment prometteur. Je le recommande sans réserve.

Niko Tackian, Quelque part avant l'enfer, Scrineo, 320 pages, sorti en 2015.

Du même auteur sur ce blog:
La nuit n'est jamais complète ; Toxique

Je vous conseille aussi:
Rêver, Franck Thilliez
Il ne faut pas parler dans l'ascenseur, Martin Michaud