dimanche 5 novembre 2017

La nuit n'est jamais complète, de Niko Tackian


J'avais déjà bien aimé Quelque part avant l'enfer, le premier roman de Niko Tackian, un suspense psychologique enlevé sur le thème des EMI. (Expériences de mort imminentes) J'ai adoré La nuit n'est jamais complète, son deuxième roman, qui confirme l'immense talent de cet auteur pour imaginer des intrigues diablement efficaces et camper des personnages forts et attachants. Avec ce nouveau suspense psychologique, Niko Tackian monte en puissance, et ne lésine ni sur le suspense ni sur les rebondissements. On en a pour son argent! 


La route à perte de vue au milieu d'un désert torride sans nom. Un père et sa fille adolescente traversent, au volant d'une vieille Ford, ce décor post apocalyptique digne de Mad Max ou de La Route. Un barrage de police empêche nos deux protagonistes d'aller plus loin. La route serait coupée à cause d'un glissement de terrain. Un trou énorme. Il faut faire demi-tour. Le père et la fille passent la nuit dans leur voiture. Ils se réveillent le lendemain matin, totalement désorientés, et c'est bien normal: ils ont été drogués, tout comme les trois autres hommes qui ont également été stoppés par le policier. Policier qui a disparu, après avoir probablement saboté toutes les voitures de ces naufragés du désert. Le combat pour la survie dans un monde hostile commence, jusqu'à la chute finale, stupéfiante. Un dénouement subtil et inattendu, qui jette un éclairage totalement nouveau à ce suspense palpitant et émouvant. 

Un style limpide et alerte, une écriture cinématographique, des chapitres courts qui ne laissent aucun répit au lecteur, un rythme effréné, aucun temps mort, pas de gras, pas de fioritures. D'ailleurs le roman est assez court, 256 pages dans sa version poche. L'auteur montre une maîtrise impressionnante dans la conduite de son récit, et fait preuve d'une formidable énergie créatrice. Il n'y a pas un chapitre qui ne se termine pas par un petit rebondissement, une petite révélation. Ce suspense est un furieux page turner impossible à lâcher avant la fin bouleversante. Bref, un deuxième roman totalement réussi, meilleur que le premier. Une histoire stupéfiante, qui ne ralentit jamais, et qui met en scène des personnages hors normes. Un huis clos haletant, angoissant, oppressant, bref un incontournable du thriller français ! 

Niko Tackian, La nuit n'est jamais complète, Pocket, 256 pages, sorti en 2016.

Du même auteur sur ce blog:
Quelque part avant l'enfer ; Toxique ; Fantazmë ; Avalanche Hôtel

Je vous conseille aussi:
Ici commence l'enfer, John Ridley
Vertige, Franck Thilliez
Thérapie, Sebastian Fitzek
Shutter island, Dennis Lehane
Embruns, Louise Mey
Bienvenue à Cotton's Warwick, Michaël Mention
L'opossum rose, Federico Axat

Aucun commentaire: