mercredi 8 avril 2015

Labyrinthe de miroirs, de William Bayer


Ce polar d'enquête captivant permet de faire connaissance avec des personnages très originaux dans une atmosphère sombre et envoûtante; Plusieurs intrigues criminelles sont menées en parallèle, le tout formant une toile de mystère, un puzzle fascinant à reconstituer, un labyrinthe dans lequel on prend plaisir à se perdre, avec à la baguette un William Bayer au sommet de son art. C'est très bien écrit, c'est puissant, c'est surtout très original, très novateur, et le dénouement laisse pantois. On est clairement sur du très bon polar d'atmosphère à l'américaine.


La jeune Gelsey joue un jeu dangereux avec les hommes: les soirs de pluie, la jeune femme, qui vit au dessus d'une véritable "chambre" de miroirs, sort, se fait séduire par un homme, mais en fait, c'est elle la chasseresse, et non pas une proie fragile. Elle drogue son séducteur, lui vole son argent et laisse sur sa poitrine un message d'adieu ironique, moqueur. Jusqu'au jour où sa dernière proie est retrouvée morte... et là Frank Janek, l'enquêteur fétiche de William Bayer, qu'on retrouve notamment dans Pélerin et Wallflower, fait son apparition et va démêler les fils de cette étrange affaire. Comme s'il n'avait que ça à faire, lui qui doit déjà se débrouiller avec une affaire de meurtre vieille de neuf ans, rien que ça !

Intrigues passionnantes, écriture magistrale, art consommé du récit, un roman totalement abouti, maîtrisé, que je recommande sans réserve. L'auteur nous emmène loin, très loin dans les méandres de la psychologie humaine, et surtout dans un monde de faux semblants; Venez vous perdre dans la chambre des miroirs !

William Bayer, Labyrinthe de miroirs, Rivages, 544 pages, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Gérard de Chergé, sorti en 1994 (Etats-Unis) 1996 (France)

Je vous conseille aussi: