mercredi 27 septembre 2017

TOUT CE QU'ON NE S'EST JAMAIS DIT

CELESTE NG

_____________________________________________

Traduit de l'anglais (Etats-unis) par Fabrice Pointeau
Editions Pocket
Poche 288 pages
Sélection Guide polar Pietro
Première publication:
2016 (Etats-Unis et France)
_____________________________________________

Un huit-clos familial bouleversant!

Ce livre n'est pas un thriller au sens strict du terme, ni même un suspense comme savent en produire les Harlan Coben, Lisa Gardner, et autres Paula Hawkins. Tout ce qu'on ne s'est jamais dit appartient à ces romans qui privilégient  la dureté des rapports humains et les atmosphères sombres et qui, se faisant, se distinguent des purs romans criminels. Il n'y a pas vraiment d'enquête policière, pas de crime sanglant, non, rien de tout cela, il y a juste la vie, dans toute sa complexité. La vie d'une famille "métisse" dans l'Amérique des années 70. Celeste Ng, américaine d'origine asiatique, met littéralement en pièces dans ce roman le melting-pot américain, en orchestrant un huit-clos familial étouffant et surtout bouleversant.

Fin des années 70, dans une petite ville du Midwest: Lydia, 16 ans, est retrouvée morte noyée dans un lac. Son père, James Lee, d'origine chinoise, sa mère Marylin, américaine, son grand frère Nathan et sa petite soeur Hannah sont sous le choc. Meurtre, suicide, accident ? Chaque membre de la famille a sa propre explication. Ou pas. Car très vite, on se rend compte que les raisons de cette mort sont à chercher dans l'histoire complexe et tourmentée de cette famille atypique (pour l'époque). Il faut dire que le contexte historique n'aide pas non plus, le racisme étant encore omniprésent dans l'Amérique des années 70. Plus que le racisme, et ça l'auteure le fait très bien ressortir dans ce roman, c'est la différence qui passe mal. Car Lydia avait les yeux bleus de sa mère blanche et les traits asiatiques de son père. Oui, Lydia était différente de ses camarades, qui le lui faisaient d'ailleurs bien comprendre. Dur dur de s'intégrer dans un contexte si défavorable!

Roman noir psychologique, voire même sociologique, Tout ce qu'on ne s'est jamais dit aborde de nombreux thèmes, avec une crédibilité hors norme: violence de la dynamique familiale, problèmes des non-dits, difficultés à communiquer, mal être adolescent. Des thèmes qui sont ancrés dans un contexte historique parfaitement retranscrit par l'auteur. La famille Lee a du mal à s'intégrer dans une société conservatrice au sein de laquelle la place de la femme est à la maison, et où le métissage est rejeté. Sur la forme, l'auteur entremêle avec habileté passé et présent, pour nous dévoiler petit à petit la vérité sur la mort de l'adolescente. Le style d'écriture est riche, d'une grande qualité littéraire. L'auteur a le sens du détail et de la narration. Ce roman très noir a de la densité, du caractère, et de la profondeur. Saisissant! 

Dans le même genre sur ce blog:
Après la nuit, Chevy Stevens
Vie et mort de Miss Faithfull, Sandra Scoppettone
Carmen (Nevada), Alan Watt

Aucun commentaire: