vendredi 10 juillet 2015

LES NEUF CERCLES

R.J. ELLORY

________________________________________________

Traduit de l'anglais par Fabrice Pointeau
Editions Sonatine
Grand format 450 pages
Première publication:
2013 (Royaume-Uni)
2014 (France)
_________________________________________________

Dans les méandres tortueuses de la psychologie humaine

C'est bien simple, je me suis évadé dès les premières lignes du livre. Décidément R.J. Ellory parvient à maintenir une grande qualité au niveau de ses écrits, il réussit à chaque fois à captiver le lecteur tout en l'incitant à la réflexion. Que demander de mieux? Cette fois-ci, l'auteur ouvre une minuscule fenêtre spatio-temporelle, et nous renvoie en 1974, au fin fond du Mississippi, dans une petite bourgade typique du Deep South américain. Une plongée saisissante dans l'après-Vietnam, car cette guerre menée et perdue par les américains aura laissé des traces terribles dans le psychisme des individus. 

C'est le cas pour le personnage central de cet implacable thriller psychologique: John Gaines, vétéran du Vietnam et shérif de Whytesburg, une petite ville du Mississippi en apparence sans histoire... jusqu'à la découverte d'un cadavre enterré sur les berges de la rivière. La morte est rapidement identifiée, il s'agit d'une jeune fille qui avait mystérieusement disparu vingt ans plus tôt. John Gaines n'est pas au bout de ses surprises, il va devoir plonger tête la première dans les méandres tortueuses de la psychologie humaine. C'est le début d'une enquête subtile, pleine de rebondissements, et l'identité du coupable sera dévoilée dans les toutes dernières pages du livre.

Les neuf cercles est donc un suspense captivant de bout en bout, un thriller psychologique très fouillé, mais pas seulement. L'auteur décrit et dénonce les atrocités qui ont été commises durant cette guerre abominable. Certains passages du livre sont d'ailleurs éprouvants, âmes sensibles s'abstenir! Ellory nous montre que tous ces soldats ne pouvaient pas revenir indemnes, tant physiquement que mentalement, d'un tel enfer. 

Son personnage central John Gaines en est le triste exemple: un homme brisé, hanté par ce qu'il a fait, et incapable de se reconstruire socialement, de fonder une famille... bref d'être heureux! Le chemin vers la rédemption et le retour à une vie normale sera long pour ce shérif qui s'est totalement réfugié dans son travail. Enfin, L'auteur retranscrit parfaitement l'atmosphère moite et viciée d'une petite bourgade du Sud profond américain, où le racisme et les préjugés sont encore très présents chez les habitants. Une réussite de plus pour ce très grand auteur qu'est R.J. Ellory.

Du même auteur sur ce blog:
Mauvaise étoile Les Anges de New York ; Les anonymes ; Les Assassins

Dans le même genre sur ce blog:
Koko, Peter Straub
Ecorces de sang, Tana French
Canicule, Jane Harper